Histoire d'Hamorya

Kaäl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kaäl

Message  Invité le Mar 4 Mai - 22:58

Parmi les roches coupante et chaudes du lieu nommé « La Fosse », un Sudin à la peau noir et vêtu de vêtements amples, courait aussi vite qu'il le pouvait. Effectivement, derrière lui quelque chose ou quelqu'un le poursuivait. L'homme était totalement épuisé à force d'escalader, de descendre et de monter dans cet immense trou parsemé de divers tunnels. Puis finalement, l'homme du nom de Azdhel finit par s'arrêter; épuisé et prit dans un cul de sac. Au bout du couloir il entendit les bruits de pas lent de son poursuivant se diriger vers lui. A cause de l'obscurité il ne voyait rien, mais imaginait à la perfection son assaillant. Il décida d'essayer de sauver sa peau par son meilleur atout; le marchandage :

« Mon bon monsieur, je ne voulais pas vous dérangez dans ce charmant endroit. Bon il est vrai que j'ai essayé de vous vendre un tapis; mais ça aurait été parfait dans votre petit ameublement. Juste sous la femme que vous égorgiez avec tant de finesse. »

Un bruit métallique résonna, Azdhel en déduit que son poursuivant venait de dégainer sa lame et approchait toujours d'un pas lent. Bientôt, le pauvre marchand, dos au mur put apercevoir une forme humanoïde tenir une lame dans sa main droite.

« Je ne dirais rien soyez en sûr, personne ne viendra vous arrêtez ou vous tuez. Je ferai en sorte de totalement vous oubliez ! Non pas que votre souvenir soit désagréable, mais le fait de vous ôtez de ma mémoire ne peut être que bénéfique pour nous deux. » Réessaya le Sudin.

Il pût entendre un second bruit métallique, son poursuivant venait de sortir une deuxième épée de son fourreau et avançait toujours avec patience. Azdhel pût enfin voir le visage de celui qui l'avait fait sué à travers la fosse depuis une bonne heure. Poilu telle une bête, cet homme à forte musculature était terriblement sale; son bouc ainsi que ses cheveux mi-long noires et non entretenus dégageaient une apparence pouilleuse aux yeux du marchand.

« Je ne vais pas te tuer. Ce sont mes amis qui vont s'en charger. » Dit l'homme avant de planter ses deux épées dans la roche; juste en face du marchand.

C'est alors que Azdhel aperçut dans les ténèbres derrière l'homme-bête, une nuée de serpents lui foncer dessus. Ils avançaient en zigzaguant sur le sol dans un sifflement aigu. Ils contournèrent le poursuivant et sautèrent tous sur le marchand qui se mit à hurler de douleur et d'effroi. Le venin des centaine de bestioles finirent par le tuer rapidement, et bientôt celui surnommé Kaäl reprit ses épées pour les ranger dans leur fourreau.

A présent, je suis prêt à me faire connaître. Le monde va bientôt ressentir ma fureur. Les dieux eux-même tremblerons face à ma présence. Pensa t-il dans un rire rauque.

A présent il se dirigeait vers son repaire. Au fond de la fosse; accompagné de sa nuée de serpent dont les yeux luisaient tel des rubis.


*


Après plusieurs miles, Kaäl avait enfin réussit à ramener la carcasse pourrie de cette femme à l'intérieur de son repaire. Il la déposa avec violence contre le mur et enleva sa cape à capuche pour la lancer sur un fauteuil orné d'or et de pierres précieuses. Le logis de cet homme-bête était de base une simple et lugubre caverne au fond d'une fosse, qui devait être une des poches d'un volcan éteint depuis des siècles. Les différents raids que ce bandit avait infligé aux caravanes marchandes et aux simples voyageur, avaient finis par meubler confortablement les lieux. Cette simple grotte était une salle aux trésors.

Sur les murs étaient accrochés divers armes en tout genre : cimeterres, lances, épées, boucliers, hallebardes, arbalètes, arcs, etc... Tandis que des sièges, fauteuils et meubles divers étaient entreposés un peu partout; accompagnés de statuettes et de pièces d'armures. De nombreux coffre envahissaient la salle; certains vide, d'autre remplis de trésors que le nomade n'avait jamais eut l'idée de dépenser. En réalité, ces objets n'étaient dans sa caverne que pure décoration. Cet homme agissait tel un dragon rouge qui aimait garder son or juste pour le plaisir de l'observer jour et nuit.

Une fois sa cape et ses armes posés sur une table basse, il fouilla la demoiselle. Lui ôtant collier, bagues et beaux vêtements. Il déposa les bijoux dans une petite boite surplombé d'une émeraude et les vêtement dans un coffre en bois où était entreposé déjà de nombreuses affaires féminines; toutes étaient tachés de sang.

« Par tout les foutus dieux de ce monde ! J'ai failli y laisser ma peau, mais au moins je ramène de quoi agrandir mon butin. » A cause de sa solitude, Kaäl avait prit l'habitude de se parler à lui-même; il le faisait sans honte, car il savait que personne ne l'entendrait jamais dans sa planque. Celle-ci était camouflé derrière une grosse pierre. Et le seul moyen de la passer était d'escalader une paroi et d'emprunté un petit passage. Assez grand pour faire passer un homme à quatre patte; un trou imperceptible depuis le bas du rocher.

« De plus, j'ai de quoi manger. » Ajouta t-il en s'emparant de ses deux épées.

Là, il s'approcha du cadavre de la jeune femme. Il frotta ses deux lames l'une contre l'autre afin de les aiguiser. Et dans un mouvement net et précis, il trancha la tête de la morte et se mit à dépecer le corps afin de sélectionner la bonne chair afin de la cuire et de la manger à l'extérieur. Oui, car le seul soucis de cette caverne, c'est qu'il n'y a aucun trou pour laisser la fumer sortir lorsqu'un feu est allumé. Kaäl prit donc l'habitude de sortir tout en haut de la fosse afin de diner devant le coucher du soleil.

« Cela ce voit que tu es une petite catin de petite bourgeoise. Tu es aussi grosse qu'une vache, voir même d'un porc que l'on éventre uniquement pour les festivités. » Dit-il à la tête occise du corps.

« Tiens, tu vois. Tu t'es engraissé toute ta vie pour finir dans mon bide la cochonne. Je vais t'arracher les tripes et les balancer à mes amis; ça leur fera un bon repas. Moi pendant ce temps je vais savourer tes yeux en tant qu'apéritif. Et je boufferai ta chair ensuite en tant que plat de résistance. Quoi ? Quel est le dessert ?! Disons que ce sera... » Il se mit à baver et à pousser des rires de cinglé à cette idée. « Disons un endroit sensible ma petite... » Commença t-il avant d'être interrompu par un hurlement de terreur dans son dos.

Lorsque Kaäl fit volteface tout en saisissant son arme avec les réflexes d'un véritable combattant. Il aperçut une forme s'enfuir. Quelqu'un l'avait vu ! De plus, le cannibale remarqua qu'une statuette avait disparut.

« Pourris ! Misérable ! Je vais te rattraper et te faire souffrir. » Hurla Kaäl fou de rage.

Il prit sa deuxième épée, rangea les deux dans leurs fourreaux respectifs et se mit à courir à la poursuite du malheureux. Celui-ci avait la peau noir et portait des vêtements amples afin de se protéger de la chaleur du désert. Sans doute était-ce un voyageur qui avait voulut se mettre à l'ombre en pénétrant dans cette fosse. Et par un terrible hasard, avait découvert l'entrée du repaire du nomade. Et à cause de son cri incontrôlé, il se faisait traquer dans les ténèbres de la fosse par un individu qui, à force de vivre sous terre avait finit par avoir la capacité de voir dans le noir; même le plus complet.

« Hé mec ! Tiens je te la rend ta babiole. Mais laisse moi. » Résonna la voix de la proie à travers les tunnels.

Effectivement, il s'exécuta et posa rapidement la statuette. Mais Kaäl était à présent animé par l'envie de tuer cet homme qui avait troublé son diner et son sanctuaire; seul le sang pourrait assouvir ce sacrilège. Il continua donc à poursuivre l'homme qui ne cessait de monter et de descendre au travers de la fosse afin de survivre à son poursuivant qui avait l'avantage du terrain.


**


Comme d'habitude, Kaäl patientait derrière une colline de sable. Observant de ses yeux fourbes l'oasis; seul point d'eau des environs. Dont la plupart des voyageurs prenaient le temps de s'y arrêter afin de se revigorer et de se reposer pour la nuit. C'était pour cela qu'il patientait à chaque couché de soleil; jusqu'au crépuscule. Cette oasis était l'un de ses moyens de survivre sans s'attaquer à ses amis.

« Y a personne mon gars, je sens que je vais rentrer bredouille cette nuit. Je préfère crever de faim plutôt de bouffer l'un de nos potes. » Dit Kaäl à une petite forme dans le sable chaud.

Le scorpion noir, comme si il comprenait le nomade lui répondit d'un baissement de queue et de trois coups de pinces que Kaäl comprit de suite. Il se mit à rire.

« J'imagine que ça ne te ferait pas plaisir l'ami. » Répondit-il.

Effectivement, ce nomade pouvait communiquer d'une certaine façon avec ce scorpion; d'ailleurs il pouvait le faire avec toutes les créatures qui peuplaient ce désert. Il ne sait pas lui-même pourquoi, sans doute est-ce à cause des nombreuses années qu'il a passé sur cette terre désolé; loin de toute civilisation. En tout cas il est doué d'une empathie envers les créatures du désert; celles-ci ne sont pas hostile avec lui, voir elles l'aide.

« Mon ami, je sens que je vais rentrer, regarde le soleil commence à disparaître sous le sable. » Le scorpion effectua un pas en avant en levant et baissant la queue, suivit d'un pas en arrière où il frappa cinq fois avec ses pinces. Kaäl tourna la tête vers l'oasis et regarda; malgré l'obscurité qui tombait subitement, sa vision n'était pas altéré et il voyait parfaitement plusieurs formes avancer vers le point d'eau.

« Bingo ! Merci l'ami, sans toi je serai rentrer alors qu'il y a de la bouffe qui se rassemble. » Remercia t-il joyeusement le scorpion qui lui répondit d'un claquement de pince.

Le nomade, tel une ombre de la nuit se faufila vers le campement qui se préparait dans l'oasis. Comme d'habitude il se cacha derrière une grosse roche qui immergeait du sol. Là, il observa ses cibles une à une; les analysants afin de mieux les vaincre. Il vît deux hommes en armures de cuir allumer un feu avec du bois sec qu'ils avaient transportés sur des chameaux. Trois hommes en armure d'écaille installaient des tentes. Et une jeune femme grasse buvait de l'eau. Les yeux gris de Kaäl luisirent de désirs. Il continua à observer la petite troupe pendant dix minutes. Dix minutes qui furent consacrés à la confection du feu et au rassemblement de tous; tous les six étaient à présent rassemblés devant la carcasse d'un chacal qui mijotait au dessus du camp. A ce moment, le petit scorpion accompagné de deux autre de son espèce rejoignirent le nomade derrière son rocher. Ils bougèrent la queue et claquèrent avec leurs pinces deux fois de suite.

« Moi aussi ça me donne une envie de vomir. » Répondit-il à ses amis.

« Ils sont cinq et demi, si j'y arrive je vais pouvoir tenir ma promesse ! C'est vraiment génial. De plus j'aurai de quoi fêter ça avec cette femme. Je vais me faire une bouffe de roi ! » Chuchota t-il en riant avec sadisme.

La viande cuisait, et Kaäl savait qu'il allait bientôt agir. A chaque fois c'était la même technique, il observait l'équipement et le nombre de proies qui s'installaient, il se rapprochait, se cachant derrière ce gros rocher si les individus n'y étaient pas déjà. Et une fois que la lune apparaissait totalement au dessus du palmier nord de l'oasis; il attaquait. Il pouvait parfaitement la nuit et les égorger pendant leur sommeil, mais Kaäl n'était pas un assassin, c'était un combattant. Il aimait affronter des adversaires dans un combat à mort. Un combat où l'adrénaline montait. Un combat où le sang giclait. Un combat où il était désavantagé. Oui, en effet, désavantagé ! Ce grand guerrier perfectionnait un style de combat dont la force venait du nombre de ses adversaires. Le principe de cette technique martiale était d'utiliser les armes de ses adversaires contre eux par des mouvements rapides de parade et de tournoiements sur place. Il l'avait presque finalisé. Il ne lui manquait plus qu'à vaincre cinq adversaires et la promesse qu'il s'était faite en entrant dans ce désert allait être accomplit. De plus il serait pour lui maitre dans son art.

« Je vais les massacré ! » Se dit-il à lui-même. Dégainant lentement ses deux lames.

Il était totalement excité. Il observait avec impatience la lune monter lentement au dessus du palmier. Il devait rester une dizaine de seconde; la troupes s'empara d'une patte du chacal afin de la dévorer. Lorsque le moment vînt, Kaäl poussa un hurlement de rage qui fit fuir les scorpions et prendre leurs armes aux hommes qui escortaient sans doute la jeune femme. Le nomade avança sans un mot au milieu des gardes qui se placèrent tout autour de lui; lui hurlant :

« Pose tes armes ! Qu'est-ce que tu veux simple fou ? »

Mais à présent Kaäl était dans une transe qui réclamait du sang. Ses yeux et son sourire inspiraient la terreur à ses adversaires. Un jeune homme allait s'exprimer, lorsque dans un mouvement rapide le nomade fît trois pas et frappa l'épée du malheureux qui en fût déstabilisé. Tous se jetèrent sur lui, lame en main. En deux pas, Kaäl fît un tour complet, parant deux lames d'une main qu'il envoya avec force valsé tandis qu'il se baissa et de la deuxième frappa en plein torse les hommes qu'il avait paré. Les trois adversaires dans son dos frappèrent, il profita de sa position basse afin d'effectuer une semi roulade en arrière qu'il interrompit en lâchant ses épées et en poussant avec ses bras sur le sol afin que ses pieds viennent frapper dans deux des armes qui s'écrasèrent dans la figure de leur propriétaires. La troisième lame le frôla de peu, et en un éclair il se releva pour faire face à l'assaut des deux premiers adversaires. Ils leur attrapa l'avant bras avec ses mains libres et tourna sur lui même pour les lancer sur les deux gardes blessés au visage. Ils s'étalèrent sur le sol tandis que le dernier debout fonça sur Kaâl. A l'aide de ses pieds il projeta ses deux épées depuis le sol afin de les rattraper en plein vol et d'un mouvement de ciseau, trancher la tête du malheureux. Les hommes commencèrent à se relever mais trop tard. En deux grand pas rapides, Kaäl les avait atteint avant et il décapita les deux en armure d'écaille et transperça les deux dernier en armure de cuir. Il lâcha un hurlement victorieux.

« Je vous ai tous massacré ! »

Lorsqu'il fût projeté non loin du feu de camp par une boule d'énergie flamboyante. Une brulure apparut sur son bras gauche, mais Kaäl ne semblait pas avoir ressentit la douleur. En jetant un coup d'oeil, il vit la jeune femme prononcer des incantations et envoyer une seconde boule dur le nomade . Une autre trace apparu, fumante sur son torse.

« Très bien trichons ! » Hurla t-il d'un ton joueur.
Au moment ou la troisième boule partit, Kaäl se jeta dans l'eau avec violence. Une grande flaque d'eau vînt se jeter dans le feu et l'éteindre tandis que des nuages dans le ciel bloquaient la lumière de la lune. L'obscurité était totale et la jeune femme se demandait si c'était dû au hasard ou si ce nomade avait tout calculé.

« Grâce à mes flammes je peux voir dans ces ténèbres ! Alstalack Masayanel... » Commença t-elle avant d'entendre un « Ferme-là ! » Dans son dos ainsi qu'un puissant coup sur la tête qui l'assomma net ! Le guerrier victorieux se mit à rire et dit à la femme endormie :

« C'est qui qui va te bouffer ce soir ? C'est moi !!! » Et il se mit à danser avec le corps inanimé de la fille pendant que la lune réapparaissait lentement dans le ciel.

Kaäl fouilla les sacs des chameaux, y prit une outre qu'il remplit d'eau. Il s'empara aussi de la fille qu'il plaça sur son dos. Il siffla de manières répétés. Après plusieurs minutes, Une meute de chacals vinrent se délecter de la chair des soldats. Tandis que le nomade rentrait heureux dans sa tanière. Il y avait plusieurs miles à parcourir, mais il passait le temps en s'imaginant la façon dont il allait s'y prendre pour cuire la femme; il pensa à commencer par lui couper la tête. Il verra par la suite.


***

L'été venait de débuter, et déjà une menace avait été annoncé dans le désert Sudin. La rumeur sur un nécromancien avait vite fait le tour de la ville; et une escouade de chair à canon avait été officiellement sélectionné parmi l'armée. Cinq hommes, c'est tout ce qu'il fallait pour vérifier une rumeur ridicule.

« Bon soldats ! Garde à vous et que ça saute. » Hurla le chef de l'escouade.

Tous obéirent et se mirent droits devant Zuly. Ce petit capitaine était reconnu pour sa soif de combat, de gloire et d'honneur. Il était redoutable avec une épée et embrochait ses ennemis un à un. C'était surement l'un des seuls à encore faire des duels à mort pendant les batailles.

« Nous allons sillonner ce désert à la recherche d'un sois-disant nécromancien. D'après la rumeur, il aurait ranimé deux cadavres dans un petit cimetière prêt de la mer afin de couvrir sa fuite dans le désert. Il aurait été aperçu au nord. » Expliqua le capitaine.

« Si vous permettez chef ? » Questionna un soldats de l'escouade nommé Wulsaï.

« Oui soldat Wulsaï ? »

« Il se dirige donc vers Hamorya. Peut-être ce nécromancien est la forme humanoïde dont nos éclaireur nous parles sans arrêt. D'après eux, ce serait un espion. Si il s'avère qu'il y a bel et bien un nécromancien, cela confirmerait tout et une menace serait annihilé. »

« Effectivement Wulsaï, tu as bien compris la situation. Je pense aussi que ces deux affaires se regroupent. Nous avons eu vent qu'il n'avait rien d'humain et qu'il aurait échoué avec un navire de pêcheur il y a de cela une semaine. Il a dû rester dans le secteur pour des raisons que nous ignorons; c'est peut-être un espion au final. Nous devons le stopper et nous en assurer ! »

L'escouade cria de grand cris tout en levant leurs bras au ciel. Suite à ces paroles et quelque autre directives. Ils commencèrent leur avancé à travers le désert de Sudin. Montés sur des chameaux recouverts de sacoches transportant des vivres et de l'eau; ils étaient bien équipé pour survivre un mois entier dans le désert. La nuit tomba vite sans que aucune trace du lieutenant noir ne soit détecté. Un feu fût allumé et les hommes se mirent à parler de choses et d'autre.

Des tours de garde furent établis au cas où ils seraient attaqués lors de la nuit. Le capitaine lui, ne dormait que d'un œil et était en vigilance permanente. La première nuit se passa sans encombre; mis-à-pars que Zuly surveillait étroitement Wuzaï.

Trois jours s'écoulèrent sans qu'aucune trace ne soit détecté. Ce nécromancien était tel un fantôme dans ces collines arides. Indétectable. Alors que l'escouade mangeait tranquillement dans une oasis; le soldat Maznel dit haut et fort ce que tout le monde pensaient tout bas :

« Et si ce n'était qu'une rumeur ? Peut-être perd t-on notre temps et qu'il n'y a aucune trace de nécromancien dans ce désert. »

Tous se mirent à réfléchir à ces paroles. Il avait sans aucun doute raison; cela ne pouvait être qu'une rumeur. A présent ils perdaient leur temps. Le mieux serait peut-être de retourner en ville. De nombreux doutes frappèrent l'escouade. Mais ils furent tous estompés par le capitaine Zuly :

« Rumeur ou pas, nous arriverons bientôt à la fosse. Ensuite il nous faudra plusieurs jours avant d'atteindre la frontière du désert. Je vous avouerai que si à la frontière il n'y a rien, je ne retournerai pas sur mes pas. J'irai tout droit devant Hamorya me battre avec mes frères. »

Tous semblèrent satisfait de cette réponse et finirent de manger dans le silence et la bonne humeur.

Il leur fallut l'après-midi entière avant d'arriver à ce massif montagneux appelé « La Fosse du désert ». Ancien volcan, on dis qu'il est à l'origine de la chaleur sur Sudin. Une légende parle du dieu du feu; frappant de son poing vengeur contre la terre fertile des lieux. Ce grand cratère s'ouvrit et un volcan prit naissance à cet endroit précis afin de détruire la terre et de créer cet imposant désert. Ce fût Zuly qui raconta cette histoire à l'escouade; exagérant sur certains points tel que l'apparence du dieu du feu et la puissance du volcan.

Afin de se protéger de la chaleur, ils se placèrent dans la fosse et organisèrent un petit campement. Ce trou béant de plusieurs kilomètres de profondeur était constitué d'une multitude de tunnels aussi profond les uns que les autre. Les soldats avaient le vertige rien qu'en posant leur regard dans l'immense crevasse.

« La nuit va bientôt tomber. » Fît remarqué Wuzaï au capitaine.

« Effectivement, il faut organiser des tours de garde. Peut-être que des bandits se cachent dans ces souterrains lugubres. » Répondit celui-ci pour finalement organiser la garde.

Lors du tour de Wuzaï, celui-ci entendit comme des hurlements depuis les profondeurs des tunnels. Zuly qui était réveillé mit sa main sur son épaule tremblante. Il lui chuchota pour le rassurer :

« N'es crainte. Dans le pire des cas on pourra se marrer à frapper sur quelque chose. » Un clin d'œil suivit ces paroles de brutes. Le capitaine partit de suite se coucher; toujours un œil ouvert et vigilant.

Une fois l'heure passé, Wuzaï réveilla le soldat Guyen et commença à s'installer dans sa couverture. Il fût vite réveillé par ce même soldat qui lui chuchotait :

« Je vois des bestioles autour de nous. »

Effectivement, une dizaine de formes humanoïdes entouraient l'escouade. Zuly, réveillé dit deux mots qui firent tremblés chaque hommes de son escouade :

« Mort-vivants ! »

Les créatures aux vêtements déchirés avaient la bouche déformés par le supplice d'être réanimé. Leur yeux blanc exorbités avait une expression mélangé entre haine et tristesse. Tandis que leur peau grisâtre se décomposait avec lenteur.

« Sortez vos armes ! » Hurla Zuly. Tous s'exécutèrent et l'assaut fût lancé.

Un combat terrible eut alors lieu, les cris effrayants des zombies retentissaient dans la fosse, le bruit du fer qui se heurtait à la pierre ou à la chair morte. Le combat était un cauchemar. Il était impossible de venir à bout de telles créatures. Déjà deux soldats périrent et furent dévorés vivant. Wuzaï combattu vaillamment; tranchant les têtes des morts-vivants ou leur coupant les membres. Leur nombre supérieur diminuait à vu d'œil. Bientôt, au bord du précipice, il ne restait plus que Zuly et Wuzaï. Dos à dos, il combattaient telle des bêtes. Après plusieurs minutes ils vinrent enfin à bout de ces monstres et jetèrent toutes les carcasses dans la crevasse. A peine eurent-il le temps de se reposer qu'un applaudissement se répercuta à travers la caverne. De l'ombre, la silhouette encapuchonné d'un squelette entouré d'une flamme verte, une épée sertie de crâne à la main en sortit et observa les deux Sudins face à lui. Le nécromancien dont la chair était inexistante regardait ses proies dans l'intention de les tuer sans pitié.

« Bravo tas de chairs ! Vous avez réussis à détruire mes enfants. Mais réussirez-vous à anéantir mes créations les plus terribles ? Je vous souhaite une belle mort. Pour ma part je dois rejoindre mon maitre le seigneur noir ! » Exprima poliment la créature de sa voix macabre. Pour finalement claquer des doigts et disparaître de nouveau dans l'ombre de la caverne.

Alors que tout semblait de nouveau calme, des cris aigus se firent entendre de l'endroit où le nécromancien avait été aperçut pour la dernière fois. De là sortit cinq petites créatures squelettiques armées d'immenses griffes acérés. Zuly poussa Wuzaï hors du combat et lui dit :

« Laisse les moi et fuis !. »

Là un terrible combat eut lieu entre les cinq créatures qui attaquaient le capitaine; seul. Wuzaï lui regardait la scène depuis un rocher. Il analysa la technique martial de son chef. La technique était impressionnante.

La mobilité dans l'immobilité ! Pensa Wuzaï.

Effectivement, il s'agissait de ne jamais bouger trop loin d'une position et de tournoyer tel un ouragan au milieu de ses ennemis. Zuly réussit à découper trois de ses ennemis. Mais fût terriblement blessé dans le dos. Il riposta dans un cri vengeur et décapita les deux dernière abominations avant de s'effondrer au sol sous les yeux de Wuzaï. Ce fût un match nul et à présent le capitaine était mort avec son escouade. Seul le petit soldat avait survécut. Et à présent il se sentait abandonné du monde. Dans sa tête il comprit qu'il n'était rien; il comprit la réalité. Il était utilisé par son état afin d'être sacrifié inutilement. Dans cette escouade, qui avait-il eut de gagner à par la mort ? Wuzaï resta en ce lieu pendant une semaine afin d'y trouver une réponse. Au final il en vînt à la conclusion suivante :

« Ces épreuves ont servis à que je vois cette technique martiale. Le destin veut que je reste ici à la perfectionner. Suite à cela à me faire connaître sans me faire manipuler par cette société corruptrice. Je le promet en ce jour, lorsque je tuerai cinq personnes grâce à ce style de combat; je partirai me faire connaître des dieux eux-même si il le faut. Je quitterai mon antre. »

Ainsi sa promesse fût énoncé et son nom changé, A présent il était surnommé Kaäl par les marchand qui l'avaient aperçut; ou les voyageurs qui avaient survécut. Pendant de longue années il vécut seul; loin de toute civilisation. La folie finit par le ronger et il devînt cannibale. Kaäl le cannibale du désert était né. Celui-ci avait divers moyens pour capturer ses proies; sa préféré était de surveiller une oasis lors du crépuscule afin de prendre en embuscade ceux qui se permettaient de s'y reposer.

****


Dernière édition par Kaäl le Jeu 6 Mai - 23:02, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Invité le Mer 5 Mai - 6:59

Prénom : Kaäl

Age : 36 ans

Race : Humain

Nation : Sudin

Classe : Nomade du désert

Description physique : Cet homme possède une force musculature et une taille respectueuse. Mais malgré ces atouts, il a une apparence de pouilleux. Il a les cheveux et la peau sale a cause de sa vie passé dans le désert. Il n'a jamais prit la peine de se laver. Il est souvent habillé d'une armure de cuir constitué de grosses lanières et d'une cape à capuche rouge qu'il attache à sa taille quand il faut. Il a aussi le tatouage de l'armée Sudin sur le bras; montrant qu'il faisait partit des troupes de base à une certaine époque.

Comportement (qualités et défauts) : Kaäl est un personnage malin qui a un gout prononcé pour le combat. Mais c'est aussi un individu atteint mentalement qui a prit l'habitude de parler seul; et quand ce n'est pas seul c'est avec une créature du désert. Il a une haine sans limite pour le monde; sans doute la solitude et ses tendance de cannibales on provoqué cette colère. Ou peut-être que l'en observant chacun de ses camarades mourir pour rien; lui qui croyait au destin. A t-il enfin comprit que le monde dans lequel il vit est contrôlé par des dirigeants qui détruisent votre Destiné. Kaäl n'en veut pas; il veut devenir maitre absolu. Et pour cela il risque de créer le chaos à chacun de ses pas.

Peur(s) : Il est un peu traumatisé par les morts-vivants. Il préfère éviter les créatures qui vivent dans la forêt; il ne les comprend pas.

Pouvoir(s) :

Empathie du désert : Kaäl est doué d'une empathie lui permettant de comprendre et de se faire comprendre par les créatures vivants dans le désert (scorpion, chacal, salamandre, etc...) par le moyen de gestes et d'expression vocales et physiques. Généralement Kaäl aime exagérer et traduit tout une phrase de la créature alors que celle-ci a seulement montré un signe d'énervement à l'encontre d'un autre individu. Il est un peut fou le Kaäl. Plus la créature est intelligente et plus le dialogue est facile. N'empêche que plus la créature est stupide et plus l'empathie est forte; Kaäl de pars ce lien peut contrôler certaines de ces créatures. Il pourra par exemple contrôler une nuée de scorpion quelque soit leur taille en leur donnant des ordres simples (attaque, reste, mange, etc...) mais une salamandre ça va être un peu plus difficile. N'empêche que toute créature vivant dans le désert voit Kaäl comme un ami; traitement qu'il leur rend. On se demande si ce n'est pas un druide zoophile du désert parfois.

Regard souterrains : A force de vivre sous terre, Kaäl a développé une vision lui permettant de voir dans la nuit et les ténèbres les plus profond. (Cela crée une faiblesse).

Résistance du Sudin : A force de fréquenter le soleil, Kaäl a développé une forte résistance à la chaleur. Les brûlures mineurs tel qu'une pierre chaud, une torche passé rapidement sur son bras, etc... Ne lui font rien. Tandis qu'une brûlure majeur tel un incendie, un souffle de dragon, etc... Lui brulera effectivement la peau, mais il ne sentira aucune douleur. Cela l'affecte uniquement physiquement. (Cela crée une faiblesse.)

Point(s) faible(s) : Cannibalisme : Le fait d'être cannibale est une terrible faiblesse en société. Kaäl peut se nourrir uniquement d'humanoïdes; sinon il ne mange pas. Généralement il lui faudra recourir au meurtre; chose non apprécié dans la société; comme de faire un barbecue avec les copains (j'entends les copains sur la broche) sans invité le chef de nation !

Regard souterrain : Cette habitude à l'obscurité ne semble pas sensible à la lumière du soleil; mais les lumières vive tel qu'un sort lumière ou flash dans la tête de Kaäl peut l'aveugler temporairement et le rendre pas content du tout.

Résistance du Sudin : Cette résistance rend la peau de Kaäl terriblement sèche, ce que l'eau ne s'accroche pas à sa peau et ne le réhydrate pas extérieurement. Traduction : Kaäl reste sale à vie ! Il pue et fait fuir les filles; de plus il n'arrive pas à nager; et si il apprend à nager il aura beaucoup de difficulté. En gros il est sec, il pue et n'est pas doué pour la natation.

Technique martiale : sa technique martiale est inefficace ou difficilement exploitable contre les lances et divers armes à distance.

Autre(s) : Kaäl se bat à l'aide de deux épées qu'il a volé à des voyageurs; c'est pro du combat au corps à corps. De plus il maitrise une technique martiale dont le but est et d'être avantagé lors de combats désavantagé; pour l'instant son record est de cinq adversaires vaincus en même temps. (Cela crée une faiblesse)

Il a un repaire bien caché dans la fosse du désert. Il y a pleins d'objets qu'il ne vendra jamais. c'est son trésor et on touche pas !
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Invité le Mer 5 Mai - 14:09

Bonjour Kaäl. C'est une très bonne fiche que tu nous présentes là et pour ma part ce serai validable si il n'y avait pas quelque chose. Dans ton histoire, plus particulièrement à la fin quand tu remontes à l'époque où Kaäl est encore Wuzaï tu parles de Kira le Kogaki, un personnage légendaire de l'histoire d'Amourache. Seulement c'est Hamorya et l'Amourache que tu as connu ne lui ressemble pas. Ici, le Kogaki n'a jamais attaqué Sudin avec une armada de navire mort-vivant, il n'a jamais aidé le Venin et n'a probablement même jamais aidé à bâtir la porte qui permit aux spectres de passer des mondes inférieurs au monde intermédiaires. Après je ne sais pas si il est possible que les actions que fait Kira dans ton histoire peuvent être gardées, ce sera à Destin d'en juger, mais je tenais à apporter cette précision.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Invité le Mer 5 Mai - 17:17

Ouai, j'avais un doute justement. Et bien j'attendrai le verdict de Destin. Au pire je trouverai un moyen de modifier ça.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Destin le Jeu 6 Mai - 20:13

Bonjour Kaäl, en effet, comme l'a dit Mazor'Kÿn, notre bien aimé Kira fait partit plus de la légende que de la réalité de forum. Hamorya n'est pas une suite d'Amourache, même s'il beaucoup reste inchangé. L'histoire est différente. Il te faudrait donc juste changer le dernier paragraphe de ton histoire avant d'être accepté Smile
Merci

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Invité le Jeu 6 Mai - 23:03

Voilà Destin, c'est fait. Il n'existe plus d'énonciation du Kogaki; certes il lui ressemble physiquement mais ce n'est que foutaise ! Sans doute un Kira-Fan en cosplay !
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Destin le Ven 7 Mai - 5:45

Accepté Very Happy

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kaäl

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum