Histoire d'Hamorya

Chez les Marchands Nomades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chez les Marchands Nomades

Message  Destin le Lun 3 Mai - 19:18

Jar'Zöo, les frères Tur-Aï et Tur-Or, Reakartiola, le vieux mercenaire Tyryas, Xumhumham et Myrina arrivèrent finalement à l'entrée du Désert en quittant les chaines montagneuses de l'Ourtaqk. Ce convoi de marchand était partit depuis Exogonia où il avait traverser les Steppes de Kristrum avant de partir en direction de l'Ourtaqk où ils avaient put éviter une quelconque attaque de brigand. Ils devaient rejoindre la Caravane Marchande, lieu de marchandage de tout le Khanat Sudin. Ce n'était pas le plus important lieu de marchandage du Monde connu mais on y trouvait les mets les plus exotiques.

"Nous voilà arrivé dans la Marche du Désert, il nous faut encore continuer vers le sud et nous devrions atteindre la Caravane. J'avoue que je ne serais pas mécontent que l'on s'éloigne suffisamment d'ici pour ne plus apercevoir les rocheuses dans notre dos. Plus loin on est d'elles, mieux ont sera, pour sur !"

Dit Jar'Zöo pendant que Xumhumham observait l'aurore avec une émerveillement incroyable dans les yeux. N'importe qui aurait dut mal à croire que cet Orque pouvait ressentir la Beauté et y trouver un intérêt. Pourtant c'était son cas. Cet Orque avait été éduquer en Ainaïsal et avait reçu la meilleur éducation possible, de ce fait. Pourtant, il fallait bien avouer que c'était étrange de voir qu'une telle créature, qui fut crée dans de telle souffrance, d'après les légendes, pouvait ressentir un autre amour que celui du sang et une autre beauté que celle de la guerre.

C'était cette ignorance sur le passé de l'Orque qui fessait que Tyryas l'observait avec un étonnement sans bornes et, aucunement, dissimulé. Le vieil homme semblait trouver plus étrange d'observer un Orque qui regarde l'Aurore Extramial et qui s'émerveillait devant, plus que de regarder l'Aurore en elle même.

Ce fut d'ailleurs cet attention qui lui vallut de voir une légère poussière au loin. Attardant son regard sur cette poussière qui s'élève, d'autres ne tardèrent pas à observer la même chose que lui.


"Nom du Feu... qu'est-ce que c'est que ça ?"

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Mar 4 Mai - 20:38

A la vue de la poussière, le sang de Myrina se glaça d'effroi à l'hypothèse que celle-ci soit créer par le mouvements des pillards qui venait de repérer le groupe de marchands. L'Ourtak se voyait encore dans leur dos, et il était tout à fait probable que des hors-la-loi aient décidés de détrousser les voyageurs dans le désert, loin des regards indiscret de possibles adversaires. Après tout, toutes les bandes de bandits qui avaient élus domicile dans les Montagnes n'étaient certainement pas unis, et de violents affrontements devaient surement faire rage entre bandes rivales.

-Tout le monde se regroupe! Tyryas, soyez prêt à vous battre, et tout ceux qui en sont capable aussi. Même si vous n'êtes pas des mercenaires, faites comme si vous l'étiez!

Montrer aux hypothétique ennemis que le groupe était armé, et prêt à se battre, leur faire croire que chaque membre de la troupe savait se battre et ne donnerais ses biens que dans le sang, bref, les intimider.
Pour montrer l'exemple, Myrina sortit prit sa dague dans sa main, portant la main droite à la poigne, tout en gardant la lame dans le fourreau, et adoptant une posture qui se voulait combattante.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Destin le Jeu 6 Mai - 20:57

Alors que la poussière approchait à vive allure sans que l'on puisse savoir de quoi il pouvait s'agir, tout le monde fit ce que Myrina recommandait : se comporter comme des mercenaires. Tyryas avait sortit son épée, que l'on pouvait voir non aiguisé, et les autres avait sortit les armes qu'ils avaient avec eux afin de poster comme des combattant aguerrit. Xumhumham sortit alors, de sous les couvertures posaient sur son chariot, une grande hache à double tranchant. Jar'Zöo se contentât d'une dague et le reste prirent ce qui semblait à des arcs mais muni de flèche réservé à la décoration.

Au fur et à mesure que la poussière s'avançait vers eux, Myrina pouvait voir que tout le monde, sauf Xumhumham, tremblaient comme des feuilles morte secouaient par une légère brise. Bientôt, la poussière se fit plus net, et on pouvait clairement apercevoir une dizaine de silhouette foncer droit sur le convoi.


"Par le Feu ! On va mourir, on vas mourir ! Que les dieux nous viennent en aide !"

"Qu'est-ce qu'on va faire ? Hein ? Ils sont au moins deux cents pour créer une telle poussière ! Par les Quatre, qu'un dieu nous vienne en aide !"

"Quoi ? Mais je vous croyais pour un farouche guerrier et mercenaire à la longue expérience ?

"Oui, j'ai mentit, j'avoue tout. Mais si proche de la fin qu'elle importance... je suis juste un ancien marchand qui s'est fait prendre par des brigands et qui n'a plus un sous, je me suis improvisé mercenaire en me disant que je pourrais gagner des sous facilement mais je ne sais pas me battre. On vas tous mourir !"

"Quoi ? Ah ! Oui, il va y avoir des morts, et tu vas être le premier Tyryas ! Sale voleur ! Menteur ! Tu nous as conduit à notre perte ! On se croyait protégé mais non, il faut qu'on tombe sur un vieux lourdeau !"

"Calmez vous, nom de l'Air !"

Le groupe d'individu était maintenant à porté de flèche et on pouvait distinctement voir qu'ils n'étaient pas là pour discuter. En effet, les huit cavaliers des Steppes fonçaient sur le convoi, armes aux points.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Ven 7 Mai - 20:38

Que faire? Rien que par le nombre, ceux qui semblaient être des assaillants étaient avantagés, 8 contre 7. 8 brigands armés contre 7 pauvres marchands, dont le seul qui semblait savoir véritablement manier une arme était Xumhumham, étant donné que Tyryas avait avoué sa duperie. Déjà pour Myrina, l'estime qu'elle avait pour lui, dut principalement à la pitié qu'elle ressentait pour les malheurs de ce pauvre homme, s'estompa brusquement.
Jar'Zoo avait raison, c'était en partie de la faute de Tyryas si i il y'avait des morts aujourd'hui. Myrina avait crut que le groupe était ainsi protégé. Mais c'était également de sa faute à elle. Elle les avaient fait traversé l'Ourtak, et peut-être avait-il été repéré. Si tel était le cas, alors c'était véritablement sa faute. Par générosité, par altruisme, elle avait donné un peu d'ombre aux vieillard, alors que le bon sens aurait été de rester sous le soleil, serte brulant, mais loin des brigands et des voleurs. A présent c'était la fin. Où elle allait se faire tuer, ou bien elle allait se faire kidnapper. Des deux, elle ne savait réellement laquelle des options était la meilleure.


-Et bien, ce fut une joie de te rencontrer, Xumhumham. Au moins j vais mourir au côté d'un membre de manation.

Piètre consolation, mais oh combien précieuse lorsque la mort était proche. Les yeux de Myrina n'étaient cependant pas paniqués ou intimidés, mais déterminés. Si sa vie devait être prise aujourd'hui, alors elle en emmènerait le plus possible avec elle dans sa tombe.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Destin le Ven 7 Mai - 23:18

Xumhumham portât un sourire chaleureux à Myrina. Il ne le disait pas, mais il pensait la même chose. Quitte à mourir dans le désert, autant mourir au coté d'une personne de sa Nation. Les premières flèches furent envoyé depuis le convoi. Flèches maladroitement tiré par les Marchands mais qui eurent un effet surprenant. En effet, les cavaliers stoppèrent immédiatement leurs chevaux. Étaient-ils effrayé du fait que des Marchands puissent être armé ? La poussière tombât peu à peu après l'arrêt des montures des cavaliers et ceux ci mirent pieds à terre. Aussitôt des voix s'élevèrent.

"Arrête ! Cessez le tire ! Cessez le tire ! On vous a vu quitter l'Ourtaqk à l'aube, on est envoyé par la Caravanes Marchandes ! Vous êtes le convoi de Reak ?"

A ceci, le vieux Reakartiola jeta ses armes et fit signe à ses compagnons de faire de même avant qu'il ne réponde aux cavaliers.

"Oui, je suis là ! Ne vous inquiétez pas,o n est indemne ! Venez !"

Les cavaliers remontèrent sur leur chevaux devant les yeux ébahit des autres membres du convoi. Jar'Zöo, ouvrait de grand yeux emplit d'étonnement. L'espace de cet instant, sa colère contre Tyryas avait fait place à la surprise de ne pas mourir. Les cavaliers rejoignirent finalement le convoi.

"Vous êtes plus qu'on m'avait dit, Reak."

"Oui, on a était rejoint juste avant de partir par cette jeune Elfe."

"Hum... oui, excusez nous d'être arrivé comme des Brigands, on a bien comprit que vous nous aviez prit pour ces marauds mais, rassurez vous, vous êtes dans le territoire de la Caravane. Et, comme tout lieu marchand, elle est bien défendu contre les brigands. Je me présente, je suis Helecto, chef de la sécurité de la Caravane Marchande. Suivez nous, on vas vous y mener. On ne vous attendez pas de ce chemin là, on a bien cru qu'on souffrait d'une incursion de voleur. Fort heureusement, ce n'est que vous."


"Comment avez vous su qu'on était des marchands ?"

"Et bien... les brigands tirent mieux à l'arc à vrai dire... et son moins chargé aussi."

"Grouhouma ! Au moins, nous sommes en vie."

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Sam 8 Mai - 18:18

-Louez soit les Quatre et le Très-Haut! S'écriat Myrina lorsque, les présentations faites, elle et le groupe découvrirent qu'en réalité ceux qu'ils avaient prit pour des brigands n'était en faites que des soldats chargés de la sécurité de la Caravane Marchande. Elle avait quand même une peur bleu de mourir. Être tuer comme une moins que rien et voir son corps servir de nourriture aux charognards du Désert, c'était une fin des plus détestable.

Alors que Helecto les enjoignait à le suivre jusqu'au lieu des transactions marchandes à Sudin, Myrina lui demanda d'une voix cinglante:

-Attendez quelques instants, j'ai une petite affaire à régler.

Sur ce elle se dirigea d'un pas vif vers Tyryas et avec une rapidité surprenante digne de son âge et de son appartenance à la race Elfe lui envoya une claque retentissante.

-Sa, c'est pour avoir mentit! Crachat-elle, un rictus de mépris superbe peint sur le visage. Ce petit marchand sans le sou l'avait bien mérité.

Puis elle revint près de son orque préféré et adressa au chef de la sécurité un regard totalement neutre, comme si rien ne c'était passé, et lui dit naturellement:

-On y vas? Je crois que tous ici nous aimerions prendre du repos.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Destin le Dim 9 Mai - 10:29

L'ensemble du convoi se retint de rire lorsque la claque résonnât sur la joue du vieux Tyryas dont une larme se mis à couler. Les soldats eux, furent surpris en voyant ceci mais, se disant que ce n'était pas leurs affaires, ils ne dirent rien et se contentèrent d'un échange de regard.

"Bien, allons-y alors."

Dit Helecto à la suite de Myrina. Xumhumham n'arrêtait pas de dévisager l'Elfe avec un sourire entendant. Il semblait avoir partagé avec elle le bonheur de mettre une gifle au vieux marchands devenu mercenaire amateur. Sur le chemin de la Caravanes Marchande, escorté par les huit soldats, l'Orque ne put s'empêcher de reprendre une vieil discussion avec sa nouvelle amie et compatriote.

"Vous voyez, qu'est-ce que j'avais dit sur les Hamoriens ? Il leur manque toutes les Connaissances et le Savoir d'Ainaïsal pour pouvoir espérer nous arriver à la cheville."

Dit il avec un large sourire. Cette remarque était moins faite pour être un argument de plus à ses idées que juste pour taquiner l'Elfe et dénigrer le vieux merce... heu... marchand... enfin... le vieux Tyryas. Le soleil arrivait à son midi et la chaleur prenait la force de la journée mais sans être trop excessive ce qui, vu la saison, était assez inhabituel. Mais les voix des dieux sont impénétrable et à l'horizon se dessinait de large ligne de caravane.

"On l'appel "La" Caravane Marchande mais il n'y a pas qu'une caravanes", dit Reakartiola à l'attention de tout leur convoi.

Une heure après, le convoi arrivât finalement à son but, sans trop de mal en fin de compte. La Caravane Marchande était un lieu où se rassemblait de nombreux marchands nomades venant de toute Nation mais, avec une prédominance de Sudïnite. Il n'y avait pas d'allée aussi bien aligné que dans les autres marchés. Les caravanes étaient ici rassemblaient sans aucun ordre et il devenait facile de se perdre lorsqu'on ne connaissait pas le lieu. Les marchands du convoi de Myrina commençaient déjà à défaire leurs bagages afin de commencer leurs affaires et les marchandages qui ferraient nourrir leur famille. Xumhumham était prêt d'elle et défesait, lui aussi, ses bagages.

Au bout de quelques minutes après, tout le convoi se dirent au revoir. Les jumeaux remercièrent Myrina et partir rapidement se perdre à des bout opposé de la Caravane.


"Et bien, Dame Myrina... merci pour votre aide. Je reconnais que si nous serions resté dans la chaleur, on aurait probablement cuit sur place", dît Jar'Zöo en adressant un large sourire à l'Elfe. "Je ne sais pas si on se reverrât, on reste tous pour des durées différentes ici et, seuls les Dieux savent où nous irons après. Bonne chance pour la suite. Au hasard des chemins."

"Merci de votre charmante Compagnie, cela fait du bien d'avoir une présence féminine dans un convoi de marchand. Si un jour vous repassez sur Exogonia, n'hésitez pas à venir dans ma boutique du Quartier Nord, j'y vend de nombreuses gemmes", dit le vieux Reakartiola en serrant la mains de l'Elfe, puis de l'Orque par la suite.¨Puis il partit à son tour, escorté par les soldats, vers le coeur du Marché.

Xumhumham restait maintenant seul avec Myrina et la regardait avec un large sourire amical.


"Ce fut un très bon voyage. Vous allez directement chercher vos plantes ? Où irez vous après ? Ah... je suis vraiment heureux d'avoir fait votre connaissance Myrina, c'était un plaisir de parler avec vous."

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Mar 11 Mai - 21:28

L'Elfe salua également tour à tour ses compagnons de voyage, échangeant de grand sourire humble à leurs remerciements, et promettant au vieux Reak d'aller le voir si un jour elle passait à Exogonia, ce qui risquait d'arriver d'ici quelques temps. Juste celui qu'il fallait pour trouver la plantes et retourner à la cité des Bannis. Elle avait promis qu'elle le ferais, et elle tiendrais cette promesse.

-Je vous l'accord, mon ami, ce voyage fut très éprouvant, autant moralement que physiquement. Répondit-elle à l'Orque.

Prendre la tête d'un groupe de marchands alors que ce n'étais pas son rôle, et qu'elle n'avait jamais commandée de sa vie, traverser le désert à la pire période possible, bien qu'étrangement, cette année fussent moins torride que d'ordinaire, traverser l'Ourtak, risquer sa vie à chaque instants, avec en fait un mercenaire qui ne savait même pas se servir d'une épée, oui, il y avait de quoi être épuisée. Toutes cette tension était en partie la raison qui avait poussée Myrina à gifler ce menteur de Tyryas. En même temps, il ne l'avait pas voler.


-Ma fois, je pense que je eux me balader encore un peu. Puisque ma compagnie ne semble pas vous déranger, la votre en tout cas ne me dérange aucunement, je pense que nous pourrions passer encore quelques temps ensemble. Après tout, les plantes sa meurt pas comme sa. Des que je l'aurais trouvée, je retournerais à Exogonia. Et vous, mon ami?

Elle c'était réellement prit d'affection pour l'Orque. Etrange quand on savait dans quelle éducation elle avait été baigner: ne jamais se fier à la première impression, mais en même temps compréhensible: soit tolérant. Le caractères d'un membre d'un peuple ne doit pas tacher l'ensemble de la communauté. Avec Xumhumham, c'était la même chose. Elle l'aimait beaucoup.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Destin le Jeu 13 Mai - 10:34

Xumhumham sourît en entendant Myrina, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas apprécier quelqu'un comme ça. Puis son sourire semblât gêné lorsqu'elle lui demandât ses projets actuelles..

"Hé hé.. à vrai dire... je pensais partir pour la Ville de Sudin afin de la visiter, de voir la fameuse Kaphram, aller donner des offrandes au Temple du Feu et voir un combat dans l'Arène. On y dit que les plus grands combattants du monde s'y rejoignent afin de tester leur force et d'augmenter leur expérience du combat. Oui, je sais que c'est bien belliqueux de ma part, mais on dit que ce sont des spectacles exceptionnels. Digne des plus grand récits d'antan. De plus, il n'y a que lorsque les combats sont des duels que, parfois, on peut trouver des morts. La plus part des participants ne viennent que pour s'entrainer et s'amuser. Par la suite... j'escomptais prendre un navire marchand Sudïnite pour rejoindre Norskgard par la mer... j'espère vraiment pouvoir accomplir ce voyage... ce serait si merveilleux... avez vous déjà vu la mer, Myrina ? Depuis les berges du petit port d'Ainaïsal, caresser par le doux vent où les navires Elfes reviennent ou partent de leurs voyages... Mon coeur s'en ai éprit. Il serait si doux à mon âme de pouvoir, enfin, voyager sur un bateau... bercer par les vagues, caresser par le vent. C'est un endroit dont nous ignorons tout encore... personne n'est jamais allé plus loin que les îles... Ah, je crois bien que quand j'aurais suffisamment d'or, j'irais commander la construction d'un Navire Elfe et je partirai jusqu'à atteindre les sentiers du lit du Soleil."

A la fin de ce récit, et de la description de son plus cher rêves, Xumhumham se mit à verser une larme. Myrina pouvait être certaine que son ami Orque, le jour où il le pourra, prendra la mer à la recherche de tout ce qui est encore inconnu.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Jeu 13 Mai - 16:46

Myrina était émerveillé par les projets et les rêves de l'Orque. Lui, au moins avait envie de faire quelque chose de sa vie, il voulait explorer le monde, comme elle, découvrir les merveilles qu'il recelait, comme elle, mais aussi parcourir les mers. Et sa, elle ne le voulait pas. Sa place était sur terre, près des plantes et du sol si sûre. Elle ne se voyait pas monter sur un navire afin de partir pour l'inconnu. Quoique, cela pouvait paraitre excitant d'un certain point de vue. Peut-être y avait-il d'autres terres à découvrir par delà les mers et les océans. D'autres contrer à fouler, d'autres peuples avec qui communiquer et apprendre. Après tout, peut-être que les Dieux n'avait concentrer exclusivement leurs efforts de créations sur Hamorya.

-Ha, mon ami, je vous rejoint dans vos rèves, se serait vraiment fantastique. Et je ne veux pas vous quitter maintenant, votre compagnie me plait énormément. C'est vrai que maintenant que j'y suis, je pourrais également visiter Sudin, comme sa je serais certaine de ne pas avoir fait tout se voyage pour rien. ET puis, peut-être ont-ils besoin d'une guérisseuse à l'Arène. Vous n'avez pas besoin de vous justifier, si vous aimez le combat, alors je aller en voir. Avec un peu de chance, je pourrais même vous contempler en train de vaincre vos adversaires les uns après les autres.Termina t-elle en lançant un petit clin d'œil à Xumhumham.

C'est vrai, elle ne l'avait jamais vu combattre. Les Steppes de Kristum et l'Ourtak ne leurs avaient pas donner l'occasion de dégainer les armes. Enfin, si, mais en tout cas pas de s'en servir.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Destin le Ven 14 Mai - 9:58

Xumhumham affichât un large sourire en entendant Myrina parler des combats. Mais leur route allait devoir bientôt s'arrêter là, ils avaient tous les deux à faire et avaient des aspirations différentes pour leur avenir.

"Ma chère... ce serait avec plaisir de remporter quelques combats pour vous. Ma foi... je crains que nos routes se séparent là. Il me faut vendre et acheter pour vivre, tout comme vous. J'espère bientôt vous revoir, nous aurons fort à nous raconter"

L'Orque regardât longuement Myrina, il semblait vouloir graver son image dans sa tête afin de pouvoir la reconnaître aisément si jamais il devait l'apercevoir dans les tribunes de l'Arène, s'il arrivait à aller jusque là. Puis, plutôt que de lui serrer la main, il la prit dans ses bras.

"C'était un très grand plaisir, Myrina."

Ses affaires étaient déchargé, il était prêt à partir pour faire son métier de commerçant.

"Au hasard des chemins, mon amie."

Puis il pénétrât dans la foule de gens, le coeur lourd de quitter cette Elfe avec qui il s'entendait si bien.

La Caravane Marchande, le grand lieu du commerce en Sudin. La plus part des marchands offraient des armes, les fameuses Lances Noires Sudïnites et d'autre des spécialités nationales. Ce n'était pas un grand marché, mais c'était un bon marché. L'offre et la demande s'i rencontraient gaiement et on entendait plus de rire que de cris. Il semblait qu'ici le commerce était plus une sorte d'art de vivre, ou encore, de coutume local. On marchandait tous les prix, même le prix d'un petit ragout de rat devait la proie à un abaissement considérable. C'était à croire qu'il n'avait pas d'autre amusement. En même temps, lorsqu'en passant dans les aller, Myrina entendait les premiers prix des marchands locaux ; commercer devenait une obligation éthique. 500 PO pour 50 grammes de tabacs, le même prix pour une portée de dix rats. On commençait haut et on descendait très, voir très, très bas. Certains marchands étaient clairement des habitués quand à d'autre, ils se fessaient roulé. Sous les yeux de Myrina, un marchand, certainement novice, venait de faire l'acquisition de dix scorpions-nains pour 200 PO.

Enfin, il y en avait pour tous les goûts. Parfois c'étaient les locaux qui s'en sortaient le mieux, et parfois s'étaient les étrangers. Au coin d'une aller, Myrina put voir les jumeaux qu'elle avait accompagner s'acharner durement avec un commerçant pour vendre quelques articles qu'elle ne put pas voir. Puis, à quelques pas de là, se trouvait les marchands spécialistes des plantes.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Ven 14 Mai - 19:34

Elle ne put retenir ses larmes lorsque l'heure des véritable séparations arriva. Elle avait vue en cet Orque un véritable ami, un compagnon de voyage très intelligent et cultivé, et un honnête marchand. Pas comme ces barbares d'Humains. Xumhumham avait eu raison à propos de ces derniers, ils manquaient de la Connaissance et du Savoir qu'étaient ceux des Elfes afin de pouvoir se qualifier de civilisés. T out ce qu'ils avaient, ils le devaient à Ainaïsal.
Une fois l'Orque perdue de vue dans la foule des marchands et des acheteurs potentielle, Myrina cessa d'agiter la main et commenca à chercher l'objet de son voyage: l'étal des plantes. Il lui fallait cette mandragore, et elle l'aurait. Elle ne c'était pas taper tout ce chemin et cette aventure pour échouer si près du but!

-Alors, étal des plantes.. Étal des plantes... Évidemment se serait plus simple si c'était fléché...

Soudain, elle apercut les jumeaux et fut un moment tenter de les rejoindre afin de bavarder un peu, mais se retint finalement lorsqu'elle vit qu'ils élevaient la voix afin de vendre leurs marchandises. Mieux valait ne pas les déranger maintenant. Surtout qu'à côté se tenait son Saint-Graal: les marchands spécialistes des Plantes.
Elle se dirigea donc vivement vers eux, un petit sourire heureux sur les lèvres et dit d'une voix enjoué et gaie au premiers marchands:

-Bonjour, je souhaiterais parler à Quorta Zearfus. Pourriez-vous me préciser où se trouve son étal, s'il-vous-plait?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 17 Mai - 15:03

MJ :

Le commerce dans la caravane marchande était en pleine ébullition. Des centaines de coins étaient échangés entre les clients et les marchands toute la journées. Il était 13heure passé quand Myrina Lahmia venait de trouver son bonheur, qui était les marchands de plantes, elle se dirigea vers l'un deux avec son plus beau sourire, ce dernier se nommait Kol'riaz est tenait l'échoppe-caravane nommée l'herbe doré.

Il criait à tue-tête :


"Herbe de soin, Herbe à fumer, j'ai de tout messieurs dames, de tout ! venez, venez chez L'herbe doré vous approvisionner, vous ne serez pas déçu et tout ceci à des prix abordables.

La chaleur ambiante qui régnait dans le dessert faisait couler des grosses goutes de sueurs au marchand qui était vêtit d'un de ses plus beaux habits, mais pas l'un des plus légers pour attirer le client et paraitre présentable.

Il aperçut la jeune femme venir vers lui avec son plus beau sourire, il admirait ses formes généreuses, et malgré la sueur qui coulait sur le corps de Myrina, Kol'riaz ne put s'empecher d'admirer sa gestuelle. Cette dernière lui dit :


"-Bonjour, je souhaiterais parler à Quorta Zearfus. Pourriez-vous me préciser où se trouve son étal, s'il-vous-plait?

Le marchand mit quelques temps à comprendre, puis il retourna sur terres.

-Ah bon sang ! Une belle jeune femme vient vers moi, avec un sourire charmeur, je me croyais au ciel, mais vous venez me mander le lieu d'un de mes concurrents, c'est la dure réalité, et bien sachez que l'homme que vous cherchez se trouve à quelques mètres d'ici. Vous devez tournez vers l'échoppe d'arme, et ensuite vous marchez encore quelques mètres et vous arrivez devant Quorta Zearfus. Maintenant Excusez moi, je doit reprendre mon commerce.

Le marchand s'en alla vers l'arrière de la boutique, et laissa l'échoppe à son apprenti. à l'arrière boutique, l'attendait 4 hommes, qui n'avait pas l'air de marchand, ceci, était armés et avaient connu divers rixes, il mangeait silencieusement des dattes ou jouait aux cartes. Quand Kol'reaz entra dans la caravane, il le regardèrent et le marchand fini par dire.

"Vous voyez la femme, devant l'échoppe, je la veut ce soir ! Vous avez intérêt à me la ramener sans trop de dommage, elle se dirige vers Quorta Zearfus.

Un des hommes regarda par un voile Myrina Lahmia et finit par dire :

"Ce sera fait."

Les 4 hommes sortir de la caravane et se dirigèrent vers la jeune femme mais avec discrétion.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 17 Mai - 17:07

Et voila, elle avait encore affaire à un malba*sé. Ou à un voyeur. Ou a un pervers. Si il croyait qu'elle n'avait pas vue son regard se porter sur son corps et ses formes, épouser des yeux la ligne superbe de se corps sain de toutes impuretés, alors il se trompait lourdement. Mais peut-être qu'il était seulement réceptif à la beauté, et que Myrina était à son gout. Si c'était le cas, alors il allait être drôlement déçu, car elle ne s'intéressait pas aux hommes. N'allez pas croire qu'elle aimait les femmes, ce n'est nullement le cas. Seulement les hommes la répugnait pour des raisons personnelles. Alors elle ne risquait pas de tomber amoureux d'un de ces derniers. Xumhumham était le premier depuis plus de 15 ans à qui l'Elfe avait témoignée de la véritable affection.

En tout cas, il restait professionel, bien que lyrique dans sa façon d'exprimer sa "déception". Et oui, mon gars, les jours ne sont pas roses tout les jours. Mais t'en ait pas des femmes y'en a encore plein d'autre dans la Caravane Marchande. T'en touveras bien une autre qui réponde à tes critères de beauté.

-Je vous remercie beaucoup, messieurs.

Une voix aimable et charmante malgré tout, agrémenté du même sourire joyeux.
Puis elle se dirigea vers l'étal recherché, suivant les indications de Kol'riaz. Mais en y pensant, elle aurait put être plus polie, se présenter, ou lui demander son nom. Oh, et puis non. Après tout, les clients n'étaient pas obligés de se présenter à chaque fois qu'il voulait acheter quelque chose. Et puis il s'en remettra. Myrina n'était quand même pas La Bombe Sexuelle du coin.

Enfin arriver devant ce marchand pour qui elle avait bravée les dangers du désert, Myrina commenca:

-Bonjour, je suis Myrina Lahmia. J'ai été envoyée par Nargolat afin de vous achetez de la Gousse de Mandragore. Et pour moi, se serais de l'armoire, de l'acacia et du tamaris, des feuilles de chaque, s'il-vous-plait.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 17 Mai - 19:17

Myrina Lahmia trouva facilement l'échoppe de Quorta Zearfus, en suivant les indications de Kol'reaz. L'échope de Quorta se trouvait à l'ombre d'un palmier, et dans un endroit assez restreint par rapport au reste de la caravane. Ce qui, par malchance pour lui, n'attirait pas la foule de client venir faire leurs emplettes dans le convoi.

Quorta zearfus, était en plein commerce, la journée avait été moins bonne que la vieille, il devait se rattraper l'après midi, pour espérer faire du profit et pouvoir payer ses dettes. Tout comme les autres marchands, ils criaient pour attirer les clients et espérer écouler sa marchandise. Vers 13h, une femme à la chevelure blanche vient voir le marchand. Au vue de ses cheveux, il se dit que la femme devait être surement très stressés.

Il alla la voir et lui dit, d'un ton qui voulait amical, chaleureux... mais surtout commerçant :


_Bonjour ma petite dame que puis je faire pour vous ?

-Bonjour, je suis Myrina Lahmia. J'ai été envoyée par Nargolat afin de vous achetez de la Gousse de Mandragore. Et pour moi, se serais de l'armoire, de l'acacia et du tamaris, des feuilles de chaque, s'il-vous-plait.


Quorta analysa la cliente, cette dernière, malgré la chaleur du desert et la sueur qui perle sur la peau de la jeune femme, avait l'air d'avoir une bourse bien rebondie, et avait l'air suffisamment bien nourrie pour faire partie du convoi et donc avait une paye. La client pouvait payer, cela rassura Quorta et il dit à Myrina.

_J'ai tout cela, dans mon échoppe ma belle dame, mais cela ne sera pas gratuit, la gousse de Mandragore est un produit rare qui se vaut 60 coin minimum, pour tout le reste je vous ferait 90 coin. Par-contre je suis désolé ma belle dame, mais je ne vend pas d'armoire, allez voir l'ébéniste pour cela.


Pendant ce temps, alors que Myrina était à l'échoppe de Quorta Zearfus, les hommes de Kol'riaz se mettait en place pour tendre une embuscade à la jeune femme pour l'emmener à leurs maitre. Ils la préparèrent en toute discrétion, sans que la jeune femme ne puissent les remarquer et donc préparer une défense par rapport à leur attaque.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 17 Mai - 21:41

-60 coins?! Et ba j'espère que son remède à la cécité il va le trouver, mon Nargo.

Se parlant plus à elle-même qu'au commerçant, Myrina continua sur sa lancée, se disant que son ami d'Exogonia avait intérêt à être reconnaissant, que ce produit n'était pas donné, que sa lui avait couter chère et qu'il la rembourserais des qu'elle lui donnerais cette gousse.
Finalement, au bout de quelques minutes, sa longue tirade s'acheva et, reportant de nouveau son attention sur Quorta, lui répondit:

-Je prend le tout.

Le marchand donna à l'Elfe les plantes, l'Elfe lui donna l'argent. 150 coins étaient une sacrée somme, mais il lui en restait quand même un bon paquet. Heureusement qu'elle avait d'abord vendue quelques marchandises avant de faire se voyage. Comme quoi, le hasard faisait souvent bien les choses. Ou le destin, qui sait? Pour le moment, Myrina avait un ange gardien qui veillait sur elle, une bonne étoile qui lui portait chance. Sa survie dans le désert en était la preuve.;
Une fois le marchand de plantes remercié, Myrina se dirigea de nouveau vers le centre de la Caravane Marchande, dans l'intention de chercher un convoi en partance pour Exogonia.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 17 Mai - 22:23

Le marchand fut heureux, cette vente avait été rapide, et lui avait permis de lui rapporter 90coin. Il emballa tout les produits qu'il avait vendu à Myrina dans un petit sac et le donna à la jeune femme. Il dit en revoir à la jeune femme et retourna à son commerce.

Cette dernière était heureux de son achat et se préparer à chercher un convoi en partance pour Exogonia, et se dirigea donc vers le centre de la caravane. Alors qu'elle marchait en toute tranquillité, elle arriva dans un coin curieusement vide de client et de commerçant, bizarre pour une caravane. A dire vrai, les rares clients de cette passe, ont été viré par les hommes de Kol'reaz. Alors que Myrina Lahmia empruntait la ruelle, deux hommes apparurent devant elle, l'air menaçant, l'un tenait un gourdin et l'autre une courte épée. Quand Myrina voulut rebrousser chemin, elle vit derrière elle, deux silhouette dessiné pour la prendre en tenaille.

Les 4 individus étaient des humains et n'avait pas l'air de souffrir de la faim. Ils étaient habillés, comme des habitants du sudin et leurs cheveux et leurs traits rappelaient les traits des sudins. les 4 hommes s'approchaient peu à peu de Myrina et un d'eux finit par dire :


"Soit sage, ma petite dame, notre maitre veut passer une nuit de tendresse avec toi, donc tu va nous suivre, et profiter de cette nuit hein ma jolie !"

Alors que un des soudard allaient attraper, la jeune femme, celui-ci fut bousculer et recula de plusieurs mètres. Un homme venait de sauter du toit d'une caravane, et se positionna dans le dos de Myrina pour couvrir ses arières. L'homme tenait une épée longue dans la main, il avait les cheveux courts et les yeux bleu océan, ses habits étaient comme les nomades du désert de sudin, ainsi que sa cape. Il finit par dire

"Si vous cherchez la bagarre, mes amis, venez vous frotter à moi, plutôt que à cette jeune femme qui fait ses emplettes tranquillement. "

L'inconnu adressa un grand sourire charmeur et à un clin d'oeil à Myrina en même temps.

Les soudards se regardèrent, cela bouleversèrent leurs plans, un homme en plus, c'était risqué, et ils étaient pas assez bien payés, pour mourir. Puis l'un d'eux lâcha :


"Tuer l'homme et capturer la femme, le maitre nous paiera pas sinon !"

Par ces paroles, les 4 mercenaires se mirent en position d'attaque et se préparèrent à attaquer Myrina et l'inconnu.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 17 Mai - 22:42

Mais pourquoi n'avait-elle pas flairée le piège avant? Une ruelle vide dans un haut lieu d'échange de marchandises, comment sa pouvait exister? Et elle, comme une idiote, c'était jeté dans la gueule du loup. Au moins, elle ne referais plus jamais cette erreur. Si elle sortait vivante de ce traquenard, car deux hommes apparurent devant elle, l'air menaçant et un sourire narquois aux lèvres. Tentant de rebrousser chemin, elle c'était retrouvée devant deux autres gaillards. Elle n'était pas réellement effrayée, après tout, elle savait se battre, elle l'avait fait toute sa vie. Mais lorsque l'ont est une femme, seule, encerclée par quatre hommes armés, les chances de victoire était des plus minimes.
Plus par réflexe que par volonté de se défendre, la jeune Elfe sortit la lame rouiller du poignard de son fourreau et menaça les hommes. Le seul problème, c'est que le seul style de combat qu'elle savait maitrisée était le combat au corps à corps. Autant dire que son couteau pourri ne lui servait absolument à rien face à ses mercenaires.
Puis soudain, retournement de situation, un mystérieux individu arriva. Tel un chevalier arrivant au moment propice pour sauver la Dame de ses pensée, l' homme, puisqu'il semblait en être un, adressa à la femme un regard et un sourire charmeur. Stupéfaite, elle ne répondit pas sur le coup. Ne venait-il la sauver que parcequ'il la trouvait jolie? Si c'était le cas, alors il ne monterais pas du tout dans l'estime de Myrina, mais au contraire descendrais, jusque dans les plus profonds abysses. Comme tout les hommes, il ne s'intéressait qu'à l'extérieur.
Mais pour le moment, elle ne crachait pas sur cette aide providentielle.


-Messieurs, je ne crois pas que se soit une bonne idée. Après tout, est-ce que je mérite que vous mourriez au combat simplement pour que votre employeur puisse satisfaire ses bas-instinct?

Elle voulait éviter un combat. La vie était précieuse, et elle ne voulait pas être la cause d'une mort ou pire, de plusieurs. Elle n'était qu'une mortelle, elle ne pouvait être le sujet d'un meurtre. Même les Dieux ne peuvent pas tuer à leur bons plaisir, alors une mortelle...
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Mar 18 Mai - 22:29

Le vent qui entouraient Myrina Lahmia, l'inconnu et les quatre soudards étaient chaud, et menait avec lui, quelque grain de sable.Bizarrement, le son que percevait Myrina était silencieux, elle ne percevait que son battement de coeur, sa respiration haletante, et celle des autres hommes. Est ce la tension du combat ? Myrina ne pouvait le dire, elle devait se concentrer sur les faits et geste de ses adversaires. Les quatre Bandits, s'était légèrement déplacer, deux s'étaient positionner sur ses flancs, et les deux autres sur les flancs de l'inconnu. La tension était à son paroxysme entre les différents parties de l'éventuelle combat qui allaient commencer. On pouvait percevoir les gouttes de sueur de la chaleur ambiante et de la tension commencer à couler sur les visages.

L'inconnu aux yeux bleus, s'était mis dans le dos de Myrina Lahmia et lui dit


"Noble excuse, ma dame, mais cela est mieux pour se défendre. "

Alors que les bandits allaient se lancer à l'attaque pour attraper Myrina Lahmia et occire l'imprudent qui avait osé contrecarrer leurs plans, la femme aux cheveux d'argent ouvrit la parole et dit à ses agresseurs :

"-Messieurs, je ne crois pas que se soit une bonne idée. Après tout, est-ce que je mérite que vous mourriez au combat simplement pour que votre employeur puisse satisfaire ses bas-instinct?"


Les paroles de Myrina Lahmia étaient remplis de sagesses, cela était vrai que les quatre hommes ne voulaient mourir pour une simple affaire de sexe entre leur maitre et la dame. Toutefois, ils étaient payés pour remplir une mission, sinon ils seraient de piètres mercenaires, et leurs patrons pourraient les congédier. Puis après tous, les défenseurs n'étaient que deux font une femme. Ils pensèrent que ce serait une mission facile ... à tord ? Un des soudard ouvrit la paroles.

_Noble paroles, Jolie dame, Au nom de notre maitre, rendez vous !
_C'est votre sang de faïence qui coulera sur cette terre, aujourd'hui ! dit un autre Bandit.


Alors que les deux bandits qui étaient sur Myrina attaquèrent ses flancs. L'inconnu, allié de dernier secours, fit un mouvement rapide et sec, avec sa lame, ce qui eut pour effet de trancher le ventre du bandit qui était à sa droite, qui tomba à terre et cria en voyant ses tripes sortir de sa bedaine. le bandit de la gauche de l'inconnu, en voyant sa, voulut riposter, mais son adversaire esquiva aisément l'attaque, et remonta son bras armé de son épée, qui trancha le bras du malandrins. Ce dernier en voyant la force de l'homme prit la fuite pendant que son sang coulait à flot.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Mer 19 Mai - 16:39

-Alors soit. Répondit simplement la jeune femme.

Puisque ces barbares préféraient la voie des armes à la sagesse de la parole et aux bienfaits de la tranquillité. Puisque, dans le pays du Dieu du Feu, les hommes ne jurait que par le Dieu de la Guerre, enfin, c'est ainsi qu'ils l'appelait, alors que retentisse le bruit du fracas des lames s'entrechoquant et les cris d'agonie des blessés et des tués.
D'ailleurs, sont allié providentielle venait de vaincre ses deux adversaires. Un bon combattant.
Pour Myrina, l'affaire était plus corsée. A la différence de l'homme aux yeux bleus, elle n'avait aucunes armes pour combattre. Aussi, dés que son adversaires le plus proche, celui de droite, se trouva tout près de l'Elfe, qui n'avait pas bougée, elle esquiva d'un mouvement vif vers gauche, évitant les deux coups de ses ennemis. Se retrouvant sur le côté gauche de son adversaire droit, elle lui envoya un puissant coup de jambe dans la main tenant son arme, la faisant voltiger dans les airs. Continuant sur sa lancée, sa jambe heurta l'estomac de l'homme.
Celui-çi se cabra sous la douleur, et la native d'Ainaïsal lui prit la tête entre ses mains et, d'un mouvement sec, rapide, précis, la retournant, brisant la colonne vertébrale de son adversaire.

Puis, avant que son second ennemi n'ai le temps de réagir, puisque toute cette action c'était déroulée en un temps très court, Myrina courut vers l'arme qu'elle avait fait sauter des mains du désormais mort et la tenant fermement de sa propre poigne se retourna vers l'ennemi, près à attaquer ou à se défendre à chaque mouvement du dernier mercenaire encore présent.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Lun 24 Mai - 23:04

Bob, était le nom du dernier brigand qui avait menacé Myrina. Il avait vu ces quatre amis se faire occire devant ses yeux, devant cette vision, il ne demanda pas son reste et préféré détaler en courant, pour fuir la femme et l'homme qui avaient leurs lames rouges de sang. Quand l'inconnu, vit que que le brigand fuyait, il essuya sa lame dans sa cape et se tourna vers Myrina Lahmia. L'homme lui fit un grand sourire, et une houppette digne des plus grand noble d'Hamorya. Il rangea sa lame dans son fourreau, ajuste ses habits, se recoiffa et dit d'un ton enjoué tout en tendant sa main pour que la femme la lui serre.


-"Enchanté je suis Logann Coustland, bretteur émérite, Blagueur à mes heures perdus, et homme en voyage actuellement. A qui ai je affaire, si cela n'est pas indiscret. Excuse moi, mon impolitesse, mais je ne vous ai pas sauvé pour conquérir vos charmes ou autre fabulation, ma dame, mais je désire quelque chose ..... En effet, cela fait des jours que je n'ai pas gouté à une bonne pinte, auriez vous l'obligeance, de m'en offrir une ?"

L'après midi coulait ses heures, et le marchandage au convoi était à son paroxysme, personne n'avait remarqué l'escarmouche qui s'était déroule, et les corps ensanglanté, des bandits autour de Myrina Lahmia et de logann, faisaient taches sur le sable du désert de sudin.


_"Excusez aussi, mon autre impolitesse, mais je pense qu'il serait temps de détaler comme ce brigand, je ne tiens pas à expliquer au garde de la milice, pourquoi je suis au milieu de trois cadavre, si vous voyez ce que je veux dire."


La remarque de Logann, était juste et non stupide, il fallait en effet vite partir avant que on trouve Myrina et logann avec les cadavres, ce qui serait une affaire bien embêtante pour les deux personnes.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Mar 25 Mai - 18:20

Aussitôt son dernier ennemi enfui, Myrina se retourna vers son allié providentielle et, avec une rapidité foudroyante, pointa la lame de son arme vers sa gorge. Le métal se posa sur la peau de cet homme qui se désignait comme un bretteur. Logan Coustland? Jamais entendue parler. Et pourtant, elle avait quand même pas mal voyager! Toutefois, cet homme avait raison sur un point, le fait que les gardes pourraient interroger sur la raison de la tuerie qui avait eu lieu ici. Toujours sans ouvrir la bouche et sans quitter se regard soupsonneux, l'Elfe baissa son arme, ignorant également la main qui lui était tendue, et suivit l'homme.
Tout deux allèrent dans une taverne du coin, car, il est vrai, l'homme avait bien mérité une bière. Son aide avait sauvée la vie de la fille d'Ainaïsal. Nul doute que, sans lui, elle serais étendue sur le sable au milieu des cadavres, soit en train de satisfaire les envies sexuelles de l'autre marchand.
Accoudée sur le comptoir de la taverne, à côté de son sauveur à qui elle avait offerte la récompense mérité, Myrina lui dit soudain:

-Bon, sort-toi les doigts du c*l et dit moi clairement pourquoi tu à risquer ta vie pour moi. Je déteste tourner autour du pot.

C'est vrai, quoi! Vous en connaissez beaucoup, vous, des gens qui sont prêt à se battre et à mourir pour une femme qu'il ne connaisse même pas, alors qu'ils sont en position d'infériorité numérique. Par prudence, elle avait toujours son arme à portée de main, dissimulés sous l'un des replis de sa robe. Heureusement que le sang n'en avait pas souillé le métal, sinon elle aurait taché sa robe!
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Mer 26 Mai - 23:14

Logann Coustland, avait été surpris par la dextérité de Myrina à pointé sa lame sous sa gorge, mais il était plus agile, et il pouvait se sortir très facilement de la morsure de dague de la jeune femme. Toutefois cette dernière avait reconnu que les dires du jeunes hommes n'était pas sot et qu'il fallait vite quitter les lieues. Elle l'emmena donc dans une taverne, où la femme au cheveux d'argent offrir une choppe au bretteur. Ce dernier, se dit que la fille était bizarre, un coup elle menace de le tuer, et un autre lui offre une choppe... elle devait être ... Lunapark... lunattaque ... Lunatique, oui c'était le mot... Lunatique.


Après avoir siroté sa bière bien mérité, la jeune femme lui posa la question.


-Bon, sort-toi les doigts du c*l et dit moi clairement pourquoi tu à risquer ta vie pour moi. Je déteste tourner autour du pot

_A vrai dire .... Je suis ton père ! .

Après un gros blanc, logann reprit la parole.

_Non, je rigole, ne vous en faites pas, et bien voila, ne vous méprenez pas dans mes intentions, je suis pas le paladin, digne défenseur de la veuve et l'orphelin, sa me donne envie de gerber toutes ces conneries, et je ne vous ai pas sauver pour vos belles formes, j'en trouve des mieux aux bordels sans vous déplaire bien sur. Mais, comme je vous l'ai dit j'avais soif, et j'ai pas vraiment un sou ... j'ai vu que vous étiez en danger et j'ai tenté ma chance pour une bière. Vous allez dire que c'est idiot de risquer ma vie pour une pinte, mais au premier coup d'oeil, j'ai vu que ces brigands ne ferait pas le poids face à moi. Et puis, j'ai toujours été une fine lame, le combat c'est le dans le sang, je serai un bien piètre guerrier, si je ne faisait jamais de combat. J'aime cette adrénaline qui monte dans votre corps, la tension du combat, la mort qui peut vous frôler à chaque instant. J'aime cela, je ne vit que pour sa et voyez vous, je n'ai été formé qu'a cela.

Pendant que Logann, faisait son monologue, une femme à la bouche sulfureuse approché et vêtue de peau de loup, qui laissait voir sa chère voluptueuse approcha et dit aux deux jeunes gens.

_J'ai fait un bon feu, vous voulez pas venir vous réchauffez... près de mon feu.

Logann se retourna vers l'intruse et fit un non de la main, puis reprit la conversation.

_Voyez vous, noble dame, ma compagnie à été disloqué, j'ai essayé de tenir la profession de masseur, mais cela ne me suffisait plus, donc maintenant je parcours le monde. Et vous que faites vous dans la vie ?

Logann était un grand bavard, cela était son plus grand défaut. Mais il était heureux, il avait voyagé des jours dans le désert, et parlé enfin à quelqu'un était un soulagement pour lui.

Alors que Myrina parlait avec lui, elle vit entrer dans la taverne, un grand homme, qui avait l'air Norskgard, qui était une montagne de muscle, avec une grande épée dans le dos, un autre qui avait des traits asiatiques, une grande moustache, et tenait un arc dans le dos, et une épée à la hanche. Ils étaient suivies par une femme blonde, qui avait une corde et une épée à sa hanche. la particularité de ce groupe et qu'ils possédaient un rubis gros comme un poings.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Invité le Sam 29 Mai - 13:15

-C'est très touchant, vraiment. Votre histoire m'aurait presque donné les larmes aux yeux. Répondit froidement l'Elfe.

Nan, mais qu'est-ce que cet humain croyait? Qu'il suffisait qu'il lui sauve la vie et, hop! Elle lui sauterais dans les bras en l'appelant "mon sauveur" et en l'embrassant très fort sur les joues? Bah si c'était ce qu'il voulait c'était raté. Et si un brin de convrsation était ce qu'il désirait, alors il était tombé sur la mauvaise personne. Myrina détestait parler pour ne rien dire, surtout avec un inconnu, et encore plus si c'était d'elle dont il était question. Le voyageur ne saurait rien de la vie de l'Elfe, ni son âge, ni sa ville d'origine, ni la couleur de ses sous-vêtement. Rien. Maintenant qu'il avait eu sa chope, elle n'avait plus de dette à lui rendre. Aussi elle se leva, serrant toujours contre elle l'épée qu'elle avait prise au mercenaire mort, et adressa à son allié de combat:

-Merci quand même, Logann. Au plaisir de vous revoir. Et cesser de lorgner vers se gros cailloux. Lui conseilla --elle dans un murmure.

Puis elle attendit que le groupe qui venait d'entrer sois installé pour sortit à son tour. Maintenant qu'elle avait sa Gousse de Mandragore, ses plantes et une épée digne de ce nom, celle qu'elle avait prise sur le corps de l'homme à qui elle avait briser la colonne vertébrale, elle pouvait partir à la recherche d'une caravane qui la ramènerais à Exogonia. Elle n'avait plus rien à faire dans cette partie du monde.
Mais en sortant, elle put voir un phénomène étrange et effrayant, dans le ciel de la Caravane Marchande, la lune venait de masquer le soleil, plongeant le monde dans le noir le plus totale. Instinctivement, elle sera encore plus la main sur la poigne de son arme, et empoignat la bourse dans laquelle elle mettait son argent et qui pendait à sa droite. C'était dans ce genre de situation que certains voleurs faisait leurs meilleurs coups.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Chez les Marchands Nomades

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum