Histoire d'Hamorya

Carnelune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carnelune

Message  Invité le Dim 25 Avr - 14:48

Nom : Aucun

Prénom : Carnelune

Age : 23 années

Race : Humaine

Nation : Nomade ; sans nation.

Classe : Beuh… Nomade aussi ?

Description physique : Pour des questions évidentes de pratique, Carnelune porte ses cheveux courts blancs, coupés maladroitement à la lame. Ses yeux, légèrement bridés et frangés de longs cils, restent rarement fixés sur les choses, et ne regardent jamais ceux qui l’entourent, mais quand l’envie lui en prend, ses iris grises qui se dégradent vers le noir jusqu’à un fin liseré blanc peuvent rester sans ciller pendant de longues minutes, mettant le calme de son interlocuteur à rude épreuve. Très grande pour une humaine, elle mesure approximativement un mètre 90 (on murmure que du sang d’elfe coule dans ses veines, mais en quantité suffisamment faible pour qu’elle n’en aie aucune autre particularité physique). Sa peau, pâle de nature, est en général crayeuse, puisqu’elle évite au plus la lumière du soleil. Son visage de forme ovale est complété par un nez fin et une bouche mince, peut habituée à sourire ; mais la beauté qu’elle pourrait avoir en prenant soin d’elle est impossible à déceler, tant l’attention est en général fixée sur le côté droit de son visage. En effet, trois cicatrices y sont visibles : deux, régulières et quasi parallèles, le long de la tempe jusqu’à ses oreilles dissimulées par ses mèches désordonnées, et une autre, hideuse, épaisse et boursouflée, lui tenant lieu de joue.
Elle porte couramment un long capuchon noir et se cache volontiers dans ses replis ; on ne la voit alors dans les ténèbres pas plus qu’on ne voit une ombre parmi les ombres. Très longue, elle n’a quasiment aucune forme et cache celles-ci sous des vêtements masculins, plus à son aise d’ailleurs pour marcher, escalader, courir… Ses mains sont gantées de cuir, elle n’enlève ses mitaines que rarement et porte en-dessous, directement en contact avec la peau, des sortes de bandes de cuir emprisonnant entièrement ses mains ; celles-ci sont râpées par l’usage, et incrustées à l’intérieur des liens des paumes se voient trois pierres, petites et blafardes. Très mince (trop même), ses muscles sont fins mais plus robustes qu’il n’y parait.
Ses pieds sont chaussés de bottes élimées ; dans la gauche est glissé un couteau à lame épaisse, et à sa taille un baudrier contient un poignard et une épée courte et mince. Une boucle d’obsidienne noire est accrochée au lobe de son oreille gauche et une petite clef d’argent est accrochée à une chaine autour de son cou. L’essentiel de ses possessions terrestres (un peu de nourriture séchée, des pierres à feu, des herbes médicinales, quelques pièces) est rangé dans sa besace de tissu noir, qu’elle ne quitte guère.

Comportement : Très réservée, Carnelune ne parle en général pas aux autres êtres qu’elle croise. Elle est également très têtue et fière et a un caractère d’acier trempé. Elle n’aime pas qu’on parle d’elle au féminin, ainsi se fait-elle passer le plus souvent possible pour un homme. Commander d’une voix grave dans une taverne et garder son capuchon baissé lui a donné une identité masculine dans nombre des lieux par lesquels elle est passée. La ville et la compagnie des autres l’ennuie, aussi passe-t-elle l’essentiel de son temps dans la forêt ou les montagnes, à chasser, s’organiser pour l’hiver, ou simplement voyager. Il lui arrive, quand elle a besoin d’argent pour divers achats, de se faire embaucher en main d’œuvre par divers paysans ou artisans pour les tâches lourdes. Relativement placide, elle ne s’énerve que rarement, et ce uniquement quand les insultes ou les sous-entendus dont on l’a accablée sont en réalité adressés à sa famille, dont on ne connait quasiment rien. Dans ces cas, lors des rixes qu’elle provoque alors, les paris portés sur son adversaire sont systématiquement perdus, mais elle évite en général de sa battre en public. Finalement, elle sort très peu de jour, vivant en général la nuit.

Peur(s) : Sans que l’on sache si c’est juste à cause de sa peau fragile, ou de vieilles peurs, elle évite au plus le soleil, au point de se cacher dans la maison d’habitants jusqu’à la tombée de la nuit. De plus, elle ne supporte pas de rester longtemps au même endroit, particulièrement dans des zones très peuplées, et elle fuit les fêtes, quelles qu’elles soient, comme la peste.

Pouvoir(s) : Bah… j’en veux pas Mad S’il était toutefois possible que les changements de niveau soient par exemple accompagnés d’un apprentissage chez un artisan, afin de développer ses caractéristiques ?

Point(s) faible(s) : Son œil droit est légèrement vitreux et voit moins bien que l’autre ; de plus, il est plus sensible à la lumière que l’autre, à cause de l’infection passée de ses cicatrices. Il semble aussi que plusieurs anciennes blessures disséminées le long de son corps freine parfois ses mouvements, particulièrement quand il fait humide.

Histoire :
Carnelune s’arc-bouta sur l’immense soufflet, faisant rougeoyer la forge. Ses cheveux pâles, trempés de sueur à cause de l’effort intense et de la chaleur infernale, lui collaient au visage, et elle s’essuya le front du bras. Quelques minutes après, le forgeront ayant reposé son marteau, elle sortit en sa compagnie.
« Joli boulot, demoiselle. J’avoue pas r’gretter d’vous avoir embauchée, même si au début j’avois des doutes, freluquette comme vouzêtes ! »
Il éclata d’un rire brutal, auquel répondit Carnelune par un léger plissement de ses lèvres.
« Toujours pas causante, hein ? Bah, rentrons avant qu’vous dev’niez core plus rouge, fait chaud aussi bien d’dans que dehors ! »
Nouvel éclat de rire, que la jeune femme ne releva même pas. Marchant avec soin dans l’ombre de la forge, elle se dirigea rapidement vers le bâtiment principal dans lequel attendait la femme du forgeron avec quelque chose pour les rafraichir. Poussant la porte comme le ferait un habitué, alors qu’elle n’était là que depuis deux jours, elle s’assit sur un tabouret et accepta avec reconnaissance la chope de bière qu’on lui tendit.
« Belle journée, n’est-il pas ? » demanda d’une voix bourrue la femme.
L’absence de réponse la fit se retourner sur sa pâte à pain.
« J’en ai connu de plus belles, » reprit d’une voix douce Carnelune.
La forgeronne se retourna, ouvrant des yeux immenses.
« Je viens de Sudin, précisa la jeune femme.
- V’nir de ce désert, et craindre autant l’soleil ? Vouzêtes étrange, ma p’tite dame, commenta le forgeron, qui venait d’entrer.
- Pas forcément, chuchota-t-elle.
- Et sinon, quoiqu’vous faites si loin d’par chez vous ? » interrogea, curieuse, la forgeronne.
Haussement d’épaule.
« Vous êtes depuis longtemps dans l’région ? insista-t-elle, encouragée par les premiers mots dits par la jeune femme depuis son arrivée.
- J’étais déjà passée, mais jamais restée.
- Et, pourquoi maintenant qu’vous cherchez un boulot par ici ?
- Votre jument, la rousse, est enceinte. »
Regard surpris entre les deux époux.
« Oh, je ne me trompe pas. Elle est enceinte, et je veux le poulain.
- Mais, protesta le forgeron, c’est cher, un cheval !
- J’ai dit que nous reparlerions du paiement dans quelques jours, en arrivant. Le voilà, mon paiement. Je travaillerai pour vous jusqu’au sevrage du poulain, et en partant, je le prendrai.
- Un cheval, qui vous dit qu’on n’en auroit pas eu b’soin après ?
- La rousse et le brun sont solides, croyez-moi, ils vous en feront d’autres, des chevaux. Moi, en attendant, je le veux. »
Elle l’eût.

***

« Lâchez-moi ! »
Hurlement perçant. Carnelune arrêta son cheval, l’oreille tendue. Gloussements d’hommes saouls, pleurs d’une jeune femme. 7 ou 8, peut-être plus , vers l’est. Carnelune pressa les flancs d’Awe et la fit trotter jusqu'à une ruelle sombre. La jeune fille, ayant réussi à se dégager un temps, marchait à reculons vers l’autre extrémité de la ruelle, ne quittant pas des yeux ses agresseurs qui se gaussaient grassement. Elle avait douze ans, à peine… Murmurant un ordre à l’adresse d’Awe, Carnelune noua ses doigts à sa crinière, suivant les mouvements soudainement rapides de la jument, qui galopait vers le troupeau d’homme. Avant qu’ils ne comprennent le bruit derrière eux, Awe sauta avec légéreté au-dessus d’eux, frôlant légèrement les parois de la ruelle qui s’élargissait. Arrivant à la hauteur de l’enfant, elle était large de près de deux mètres, et Carnelune se pencha pour l’arracher au sol et l’installer à califourchon devant elle.
Elles galopèrent ainsi pendant une heure, avant de s’arrêter auprès d’une forêt, et l’enfant descendit maladroitement.
« Que faisais-tu là, à cette heure ? Tu tiens si peu que ça à la vie ? aboya Carnelune.
- Ce… c’était mon père, qui m’avait dit de sortir… bégaya l’enfant.
- Quelle être est donc ton père, pour t’envoyer faire une commission en pleine nuit ? se raidit-elle.
- L’un… de ceux que vous avez vus, dans la ruelle. »
L’enfant, tremblante de froid et de honte, releva le menton dans une tentative désespérée pour se redonner un peu de courage. Carnelune, impassible, resta immobile une minute.
« Comment te nommes-tu ?
- Lylianelle, murmura-t-elle.
- Lylianelle, je te propose un petit voyage. »
Regardant la main tendue par Carnelune, Lylianelle vit pour la première fois ce que les autres enfants appelaient destin. Et elle choisit sa voie.

***

Carnelune dépeçait le chevreuil pendant que Lylianelle allumait le feu. Quatre années avaient passé, chacune apportant davantage d’assurance et de beauté à l’enfant. Se comprenant mutuellement sans un mot, elles firent cuire une partie de la viande et mirent l’autre à sécher. Le simple fait que Carnelune prenne la parole étonna Lylianelle, mais pas autant que les mots qu’elle prononça.
« Vers le sud, à deux jours de marche, il y a un centre d’éducation de jeunes filles. Autour de toi, il y a la forêt. A côté de toi, ton épée et ton arc. Plus moi.
- S’il-te-plait, Carne, murmura la jeune femme.
- Lyli, tu savais que ce jour arriverait. Il te reste à choisir. »
Soufflée par la brutalité de la réponse, Lylianelle se tut quelque temps.
« Fort bien. »
Réunissant ses effets, elle se leva et partit sans un bruit, sans que Carnelune n’esquisse un seul geste. Toutefois, elle revint presque aussitôt.
« Qui es-tu ? »
Carnelune leva un sourcil.
« Tu sais de moi que j’ai deux grands frères, une mère folle et un père brutal et contrebandier, et que je viens d’un petit village des Steppes de Krïstrum. Et toi ? »
Silence, au bout duquel Lylianelle se retourna finalement.
« Mon frère est né quand j’avais six ans, tuant ma mère le jour de mon anniversaire. Mon père était encore pis que le tiens, si je puis m’en permettre, et était un fermier raté qui nous a forcées à vivre, après l’échec de ses tentatives de faire pousser autre chose que des mauvaises herbes, en Sudin. »
Lylianelle inclina la tête, et quitta la vie de Carnelune comme elle y était entrée : avec violence. Violence d’un kidnapping à dos de cheval, violence des souvenirs qui obscurcissent les yeux de Carnelune pendant qu’elle serre dans son poing la petite clef d’argent.


Autre(s) : Un cheval, nommé Awe, et un passé peu connu :p


Dernière édition par Carnelune le Dim 25 Avr - 15:07, édité 1 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnelune

Message  Invité le Dim 25 Avr - 15:05

Bonjour et bienvenue Carnelune Smile Ta fiche est tout simplement excellente ! Le personnage est intéressant et l'histoire captivante. Je ne souhaite qu'une chose, voir la suite de ses aventures sur le forum Wink. Bienvenue encore une fois car tu le mérites.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnelune

Message  Invité le Dim 25 Avr - 15:09

Merci infiniment \o/

Cela doit bien faire un an que je n'ai pas fait de rp, et je dois dire que ça me manque :p

Par contre, j'aurais pas pu trouver pire moment pour recommencer, je suis en Term et le bac approche à très très très grands pas >p<



Mais j'essaierai de passer le plus possible Wink
L'ambiance a l'air très sympathique ici (pas de gros boulets à faute tous les trois mots), une histoire bien belle et une activité convenable, pas trop de gens, mais qui viennent =3
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnelune

Message  Invité le Dim 25 Avr - 15:12

Mais de rien, ça me fait plaisir d'accueillir un membre tel que toi parmi nous Smile. Ne t'en fait pas pour le temps, notre admin n'en à pas des masses lui non plus mais après chacun fait comme il peut, c'est un divertissement, cela ne doit pas prendre le pas sur autre chose^^. Puisque le reste du staff ne se connectera pas avant ce soir, je suppose que je peux te valider afin que tu puisses commencer si tu le souhaites ?
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnelune

Message  Invité le Dim 25 Avr - 15:18

Bah, j'commence par flooder un brin, histoire de m'mettre dans le bain et dans le collimateur du staff /o/
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnelune

Message  Invité le Dim 25 Avr - 18:11

Accepté
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Carnelune

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum