Histoire d'Hamorya

Hanna Âme-D'Argent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hanna Âme-D'Argent.

Message  Invité le Dim 18 Avr - 2:25

Nom :Âme-D'Argent

Prénom :Hanna

Age :25 ans

Race :Humaine d'Hamorya

Métier :Fabricante d'épées.

Description physique :

Vous voyez avancer dans une rue une superbe femme aux formes élégantes. Celle-ci avance avec une droiture difficilement égalable; son regard est fixe et son visage déterminé. Cette femme tout droit sortit d'un rêve avance avec une marche rapide, ses cheveux noir flottant dans son sillage dans un parfum de rose. Malgré tant de charmes, la gente dame porte plusieurs parties d'armures de plaques; on y vois des solerets à ses pieds, des grèves protégeant ses tibias, des spalières couvrant ses épaules, des gantelets, ainsi que des canons d'avant et d'arrière bras. De plus, on peux apercevoir sous cette lourde armure qu'elle porte une robe moulante en soie; par dessus cette ensemble, elle porte une longue cape aux couleurs bleu et argenté. Et pour couronner le tout, cette dame à une épée rengainée dans son fourreaux; à sa taille. Voilà une vraie femme; belle et parée pour la guerre.

Comportement (qualités et défauts) :

La première fois que l'on rencontre concrètement Dame Âme-D'Argent, c'est une femme gentille et droite, mais qui peut se montrer très froide avec les inconnus; ça ce voit qu'elle n'a confiance qu'en elle-même. C'est vrai que quand on parle d'elle, c'est souvent pour exprimer sa beauté sans limite; une femme pareille ça se trouve pas dans tous les coins de rues. Elle a beau suivre la ligne de conduite des chevaliers; protéger la veuve et l'orphelin. Elle a tout de même beaucoup de mal à s'attacher aux gens. C'est comme-ci elle était obligé de les protéger; que c'était contre sa volonté. Mais dans tous les cas, même si on a l'impression qu'elle se force, elle le fait bien, j'ai rarement vu une femme se battre aussi bien.

Peur(s) :

Elle craint de voir ses enfants mourir avant elle , elle craint de prendre sa vie en main, elle craint l'impuissance face au combat.

Pouvoir(s) :

- Hanna Âme-D'Argent possède une beauté presque surnaturel; elle est absolument sublime, que ce soit dans sa démarche, son parfum ou tout simplement son physique; elle gagne sur tous les points.
- Hanna Âme-D'Argent ne peux pas être influencé par la magie qui pourrait perturber son esprit; tel que les écoles de magie des enchantements et des illusions.

Point(s) faible(s) :

S'attaquer à ses enfants est sa plus grande faiblesse.

Histoire :

L'origine :

Dans cette taverne de la petite région du Swormfald, sur les terres de Hamorya, c'était un soir comme un autre. Comme d'habitude, l'ambiance chaude et chaleureuse de la taverne des Conteurs Aguerris attirait nombre de clients dont la plupart étaient des voyageurs qui ne se privaient pas de raconter les histoires qu'ils avaient vécues. Parfois accompagnées de musique ou même de tours de passe-passe, ces aventures épiques provoquaient nombre de regards admirateurs. Sur la scène, des contes mythique de dragons et de sorcières faisaient applaudir les spectateurs. Tandis que les histoires vraies telles que la guerre contre les spectres et leurs lieutenants démoniaques les plongeaient dans une nostalgie profonde et sans fin.

Parmi le personnel de l'établissement, il y avait Harald le tavernier et sa fille Julia dont on voyait de part ses rondeurs qu'elle attendait un enfant. Celle-ci servait les clients malgré sa grossesse et écoutait avec son père les différentes histoires que les bardes et autres aventuriers racontaient. C'est alors qu'un homme d'une cinquantaine d'années lui demanda :

« Madame, vous travaillez alors que vous portez un enfant. Ne devriez-vous pas plutôt vous asseoir comme nous tous ? »

Celle-ci le regarda en souriant et lui répondit :

« Non, pas à cette période de l'année où les voyageurs viennent raconter leurs aventures; il y a trop de monde. Et de toute façon je n'aime pas rester sans rien faire. »

« Mais votre mari ne peut-il pas vous remplacer ? »

A l'évocation du mot « mari », Julia prit une mine triste et baissa les yeux plus bas que terre...

« Je n'ai pas de mari en réalité... »

L'homme, s'apercevant de sa méprise, se leva et lui redressa la tête avec délicatesse en la tenant par le menton.

« Je suis désolé mademoiselle, je ne savais pas que... »

« Ne vous inquiétez pas, il n'y a ni mort, ni violence dans la naissance de cet enfant. Mais au contraire, il s'agit d'amour. Voyez-vous... »Commença t-elle avant que son interlocuteur ne la fasse s'asseoir sur sa propre chaise.

« Celui qui me mit enceinte était un grand chevalier de cette région. Il était revenu de son apprentissage après de longs mois, et il vint se reposer avec son maître dans cette taverne. Dés que je le vis, je sentis qu'il était l'homme de ma vie. » Un sourire doux et sincère s'afficha sur son visage.

« Je vins à lui et fis comme d'habitude, quoi que un peu rougissante. Son sourire, sa chevelure, son attitude chevaleresque me rendaient folle de lui; c'était un demi-elfe qui inspirait le courage et le bonheur. »

Julia marqua un silence, et son visage paru comme radieux, elle avait une grande joie à raconter cette histoire; de plus, cette nostalgie orale avait attiré l'assistance auprès d'elle, tout le monde l'écoutait à présent.

« A la fin de mon service, je décidai de le retrouver. Et à peine avais-je franchis le seuil de la porte, que je le vis qui m'attendait. Mon plaisir était sans limite. Il me tendit son bras que je pris avec plaisir, et nous partîmes dans une longue et immortelle ballade à travers le Swormfald. Il me racontait les épreuves qu'il avait endurées, les gens qu'il avait aidé, les créatures qu'il avait affrontées; j'étais comme absorbé par ses paroles. »

Le visage de Julia passa vite de la joie à la tristesse, et son regard se perdit une nouvelle fois dans le néant qu'était le sol.

« Mais à la fin de cette ballade, il m'annonça qu'il devait partir pour de nouvelles aventures. Il me dit qu'il n'avait jamais vu une femme aussi belle et charmante malgré ses voyages, mais que malheureusement il se devait de partir vers son destin. Mais et si son destin était auprès de moi ? Si son destin était de fonder une famille sur ses terres natales, le Swormfald ? Je lui posai toutes ces questions, mais il me répondit qu'il savait que son destin et son devoir de chevalier l'obligeaient à partir vers de nouvelles contrées et de sauver ceux qui en avaient besoin. »

Une larme vînt couler sur sa joue et elle se stoppa pour l'essuyer. Une fois fait, elle continua.

« Je dois avouer que je ne pus résister ce soir là et je l'embrassai. Je me souviendrai à jamais de ce baiser doux et tendre qui fit place à une passion ardente. Ce soir là, je me donnai à lui et il se donna à moi. Ce fût comme une spirale de plaisir, nos corps étaient chauds l'un contre l'autre, nous ne cessions de nous étreindre, de nous embrasser et moi de lui dire que je l'aimais; c'était un moment éternel. Puis, le lendemain matin il n'était plus là, seule une rose blanche, posée sur le lit était présente. »

Elle désigna alors la cheminé de la taverne, au dessus d'elle était posée une fleur blanche, entreposée dans un vase.

« Depuis ce jour je l'attend,s et me voilà maintenant enceinte. Il me manque terriblement, mais je suis persuadée qu'un jour il reviendra à mes côtés. Que ce soit dans la vie ou dans la mort. Car le destin d'un chevalier est souvent de se sacrifier pour les autre. »

Dans la pièce, des clientes comme des clients versaient des larmes. Le tavernier déjà au courant de cette histoire était tout de même touché; il était attristé pour sa pauvre fille qui attendrait sans doute pour toujours ce chevalier.

« Son nom était Sire Dacco Âme-D'Argent et je sens que je ne le reverrai jamais. »

Finit-elle par conclure.

L'homme d'une quarantaine d'année redressa le beau visage de Julia afin qu'elle le regarde dans les yeux; et de son air le plus doux lui dit :

« Vous le reverrez, et vous vivrez tout deux avec votre enfant dans le bonheur le plus complet. »

La jeune serveuse versa des larmes et lui répondit un simple « merci » tout en l'étreignant avec force.

Plusieurs semaines plus tard, Julia accoucha et mit au monde deux jumeaux; une fille et un garçon. Elle les appela Daerneth et Hanna et leur offrit le nom de leur père.


La jeunesse
:

Julia, belle et fine, suait sous la chaleur de l'été. Elle servait les clients avec la fureur et le sourire d'un démon. Lorsque son service fût terminé, comme à son habitude elle se mit à fumer une pipe dont les herbes lui donnaient la force de continuer à vivre; mais celles-ci créaient en elle une forte dépendance. Tous les jours, un jeune homme d'une trentaine d'années nommé Paolo venait dans son logis et lui vendait ces fameuses plantes « médicinales ».

Une fois son tabac terminé, Julia partit à la recherche du seul enfant qui ne l'avait pas abandonné. Hanna se trouvait comme à son habitude à regarder le forgeron du village forger les différentes armes et armures qu'il avait en commande. Celle-ci était accompagné de ses deux meilleurs amies : Alina la fille du boucher et Sophie la nièce du fossoyeur.

« Hanna, tu es encore là ! Déjà ce matin je t'ai trouvée à regarder le travail du forgeron, et tu n'a pas bougé d'un poil depuis le temps. » Gronda Julia.

« Mais maman j'ai 18 ans tu sais, tu peux me laisser tranquille. » Répliqua la jeune fille sans quitter la forge du regard.

« Ce n'est pas parce-que tu as un quart de mon âge que tu peux me parler sur ce ton. J'aimerais bien que tu viennes m'aider de temps en temps à la taverne. »

« J'aime pas les tavernes, il n'y a que des poivrots et des bouffons. »

Julia souffla de lassitude; sa fille la fatiguait à force de lui répondre.

« Bon, je rentre à la maison. Je prépare le dîner, sois là à l'heure cette fois. » Dit-elle en tournant le dos à Hanna.

« Il faut que nous mangions tôt ce soir, Paolo passe... » Rajouta t-elle. Elle venait de faire à peine quelque mètres, qu'elle aperçu soudainement sa fille à ses côtés.

« Ah ! Mais il fallait me dire que Paolo était là ! »

La jeune Hanna était à cette époque une magnifique jeune fille aux cheveux noir mi-long et aux formes généreuses. Elle avait une allure, une démarche et un sourire à faire tomber tous les hommes du Swormfald; d'ailleurs c'était l'effet produit. Mais cette magnifique femme avait des sentiments pour Paolo dont le teint qui rappelait celui des Sudins la rendait folle; elle croyait déjà au grand amour. Il faut avouer que Hanna était du genre naïve et animée par la joie de vivre à cet âge là.

Lorsque la mère et la fille furent rentrées dans leur logis, le soleil se couchait à l'horizon, éclairant de sa lumière douce et orangé les champs qui entouraient cette terre sublime. L'été faisait pousser des fleurs d'une beauté éblouissante; qui se cueillaient principalement dans un bosquet rempli de roses blanches. Cette saison rappelait sans cesse l'éternel amour que Julia vouait au chevalier Dacco. Même après 19 ans, elle l'attendait toujours dans l'espoir de vivre pour toujours à ses côtés. Elle s'était d'ailleurs promis d'arrêter ces herbes jaunes lorsqu'il reviendrait. Mais plus le temps passait, et plus la dépendance devenait forte.

Une fois le dîner servi, quelqu'un frappa à la porte; Julia se leva pour ouvrir la porte. Elle tomba nez à nez avec Paolo dont les yeux bleus faisaient craquer toutes les filles du village. Hanna était elle-même folle de lui.

« Bonsoir, j'espère que je ne vous dérange pas. » Dit le jeune homme en entrant dans la chaumière.

« Mais non tu ne nous déranges jamais » Répondit Hanna d'un air rêveur.

« Tu as ramené les herbes Paolo ? » Demanda Julia,cassant la rêverie de sa fille.

« Bien sûr, les voilà. Le tarif n'a pas changé. »

Paolo sortit alors une petite bourse de sa poche, tandis que sa cliente en sortait une plus grosse. Là l'échange se fit et le jeune homme se mit à compter les pièces avant de remercier la mère de famille.

« Dis-moi Paolo !? » Demanda Hanna avant que celui-ci ne s'en aille.

« Avant que tu ne repartes vers la cité, ça ne te dirait pas de faire une petite ballade avec moi dans le Swormfald ? »

« Et bien je ne vois pas de raison de re... »

« C'est hors de question ! » Coupa Julia d'un ton sévère avant d'expulser le pauvre garçon hors de sa maison.

« Maman ! »

« Quoi maman ? Tu en veux une ? »

Hanna était effrayée par sa mère quand celle-ci était dans cet état. Il lui était arrivé de les frapper, elle et son frère lorsqu'ils étaient plus petits; le manque de cette herbe rendait leur mère terriblement violente. Le pire était qu'elle ne s'en rendait pas compte elle-même. Hanna pensait que c'était dû au fait que Daerneth était parti du jour au lendemain, sa mère avait réagi en exprimant un simple « Bon débarras ! ». Depuis ce temps Hanna n'en faisait qu'à sa tête.

« Je te déteste ! » hurla Hanna avant de prendre la porte d'entrée et d'aller au seul endroit où elle se sentait libérée. A la forge.

Le forgeron travaillait encore cette nuit là; et lorsqu'il vit Hanna arriver coléreuse, il lui dit :

« Oulala ! Tu as l'air en rogne Hanna. Vu que tu es si intéressée par mon travail ça ne te dirait pas un petit cours ? Ça m'aidera beaucoup et en plus ça te calmera les nerfs. »

La jeune demoiselle enleva son haut et n'hésita pas un seul instant. Toute la nuit elle apprit l'art des métaux; et suite à ce soir là une passion naquit en elle telle une fleur s'épanouissant après un long hiver.

Le lendemain matin, Hanna rentra chez elle le sourire aux lèvres mais les paupière lourdes à cause de cette nuit blanche d'apprentissage. En franchissant la porte, sa mère la serra dans ses bras; en larmes. Celle-ci avait cru que sa fille allait faire comme son fils et son amour; partir et ne jamais revenir.

« Ne m'abandonne jamais ! » L'avait supplié sa mère qui de l'intérieur était brisée par la solitude et l'amour.

Le changement :


Hanna venait de finir son travail chez le forgeron et à présent elle rentrait chez elle auprès de sa mère.
Lorsque la jeune fille pénétra dans la petite chaumière, comme d'habitude elle sentit l'odeur des herbes jaunes lui pénétrer dans les sinus. Plus loin, sa mère se trouvait dans son lit à tousser et à cracher; une pipe à la main.

« Ma fille ! Tu es enfin rentrée du travail. » Exprima avec joie Julia avant de tousser brutalement.

« Oui maman, et je t'ai déjà dit d'arrêter de prendre cette herbe. C'est à cause d'elle que tu es malade. » Gronda Hanna.

Mais sa mère ne l'écoutait pas, elle semblait comme sur un nuage en permanence, à planer loin de la réalité qu'était le monde.

« Tu as déjà 24 ans et tu es si belle.*tousse* Je suis si fière de toi. Mais ma fille pourquoi ne souris-tu jamais ? »

Hanna ne répondit pas. En réalité, à partir de ses 20 ans sa vie avait été très dure, sa mère était tombée malade et le moindre effort physique la fatiguait et la faisait tousser à en cracher du sang. De plus, Paolo ne cessait d'abuser de sa dépendance avec une certaine cruauté. Hanna qui auparavant était folle amoureuse de lui, finit par ouvrir les yeux sur le garçon et se mit à le haïr. Une fois, elle l'avait même expulsé de la maison avec un balais. Mais il trouvait toujours le moyen de refourguer à sa mère ses herbes du diable.

« Ah ma fille, ma fille, ma fille. Ton père me manque tellement, j'aimerais tant le revoir. » Julia se mit à tirer une bouffée de tabac avant de continuer.

« Quand je prends ces herbes je le revois comme si il était à mes côtés. Il me touche et me caresse de ses mains douces. Il me chuchote qu'il m'aime, et je vis avec lui dans un bonheur éternel. Mais je sais que ce n'est qu'une illusion créée par mon esprit fatigué. »

Elle se mit à reprendre une bouffée dans sa pipe avant de la recracher en toussant.

« S'il était vraiment là, tu sourirais ma fille, oui tu sourirais. »

Julia commença à s'allonger confortablement en posant sa tête sur son oreiller à plumes. Ses yeux étaient exorbités et tremblaient en permanence; ils avaient pris une teinte rouge et des cernes noires s'étaient dessinées en dessous des paupières.

« J'aimerais tant le revoir; j'aimerais tant qu'il me rejoigne. » Continuait-elle à répéter sans cesse sous le regard indifférent de sa fille.

« Va me le chercher, je t'en prie et amène le auprès de moi...Ma fille....Hanna....Je t'en prie...Je l'aime tellement... » Finit-elle par dire après avoir soufflé sa dernière bouffée de tabac.

Julia était dans son lit, les yeux grands ouverts, fixant le plafond d'un air rêveur. Une larme se mit à couler sur la joue de Hanna, elle ne prit pas la peine de l'essuyer et ferma les yeux de sa mère qui à présent ne s'ouvriraient plus jamais. Au-dessus de la cheminée, le dernier pétale de la rose blanche tombait lentement jusqu'à heurter le sol. C'est ce jour que tout changea. Hanna, plus déterminés que jamais, était prête à rechercher son père. Elle partit pour la forge et travailla pendant trois jours et trois nuits à la fabrication d'une épée dont les couleurs flottaient tel une brume bleutée face au soleil.

« Tiens Hanna, l'armure que tu m'avais demandé. Mais qu'est-ce que tu compte faire avec cet artillerie ? » Demanda le forgeron.

La jeune demoiselle saisit l'armure et l'enfila avant de répondre :

« Je pars à la recherche de mon père. Je veux savoir s'il est toujours vivant. S'il est mort je ramènerai ses restes auprès de ma mère. Et s'il est vivant... »

Elle marqua un silence et admira son œuvre.

« Je ferai en sorte que son âme rejoigne celle de ma mère dans la mort. Lamazure mon épée m'aidera dans cette tâche. Elle a été fabriquée uniquement dans ce but. »

Après ces paroles, Hanna partit à dos de cheval à la recherche de son père.

Dans son voyage elle rencontra un chevalier qui la prit comme écuyère. Elle resta un an à son service et fût adoubée chevalière. Sa volonté était si grande que son apprentissage ne dura que peu de temps; de plus, Hanna sut utiliser sa beauté surnaturelle à son avantage. Mais cette même beauté fît que le chevalier tomba follement amoureux de son écuyère. Plus vieux qu'elle d'une vingtaine d'années, il l'a demanda en mariage. Ne voulant pas compromettre son apprentissage, elle accepta. Elle finit par tomber enceinte deux fois et mit au monde une petite fille nommée Julia et un petit garçon nommée Henric.

Un jour, alors qu'elle s'arrêtait dans une taverne, elle entendit un barde conter les aventures d'un chevalier à la recherche d'armes mythiques. Le héros du récit était un demi-elfe domptant la lumière; son nom était Sir Dacco Âme-D'argent. Hanna s'empressa d'interroger le barde. Celui-ci était un gnome nommé Gimble. Pendant un long moment, il avait voyagé avec le chevalier à la recherche de quatre armes mythiques, créées par les dieux eux-même. Mais à la découverte du bouclier et de l'épée, Sir Dacco et Gimble s'étaient séparés; Dacco semblait comme aspiré par le pouvoir de ces armes et ne supportait plus la présence du barde. A partir de ce jour il perdit sa trace, mais le gnome aime toujours raconter les grandes aventures qui se sont déroulées à Salagan la cité sous-marine.

Hanna commença à perdre espoir lorsque le gnome exprima haut et fort : « Ah ! Mais il est resté avec Marcus. »

Marcus, l'un des compagnons de Dacco. Un humain venant d'une île au large du royaume de l'Hamorya. Si ce compagnon était encore vivant, il avait dû retourner sur son île natale d'après le gnome.

Suite à cette découverte, Hanna s'empara de son cheval et partit au triple galops vers cette fameuse île.

Hanna sentait que son père n'était plus loin.

Spoiler:
By Shalena

Autre(s) :

Lamazure est une épée qu'elle a elle-même fabriqué dû à son expertise dans la fabrication d'épées de toutes sortes. (Elle est juste bleutée sur le pommeau et la garde avec des gravures de décoration. Et la lame est gravé de divers runes de décoration.
Elle possède également un cheval.


Dernière édition par Hanna le Ven 23 Avr - 18:37, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hanna Âme-D'Argent.

Message  Invité le Lun 19 Avr - 1:48

Fait-nous signe lorsque ton histoire sera compléter.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hanna Âme-D'Argent.

Message  Invité le Ven 23 Avr - 18:38

Terminé :p
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hanna Âme-D'Argent.

Message  Invité le Sam 24 Avr - 3:21

Accepté
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Hanna Âme-D'Argent.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum