Histoire d'Hamorya

L'aube d'un nouveau jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'aube d'un nouveau jour

Message  Invité le Dim 15 Juin - 13:32

L'aube d'un nouveau jour


Prologue:

Chose plus que relative que plusieurs tentes de fuir; le temps. Le temps est la prison de plusieurs de laquelle on cherche qu’à s’évader. Le passé est ce que nous avons jadis été, le présent se que nous sommes et le futur ce que l’on aspire à être. Nous tentons de renier notre passé parce que l’on n’aime pas notre présent, aujourd’hui, mais nous ne cessons de regarder en arrière plutôt que vers l’avant, puis que le futur semble épeurant. Le futur qui peut être qualifié comme étant nos rêves... Le temps est aussi la prison de l’âme, car il nous noie pour ceux qui ne savent pas nager. Nager pour traverser le ruisseau, la rivière, le fleuve et parfois l’océan… La réalité est autre! Le présent est source de liberté, malgré que la vie ne nous soit pas toujours agréable à regarder. Nous sommes ce que nous sommes; rien de plus, et rien de moins. Nous ne pouvons le renier, car nous transpirons cela dans nos faits et gestes du quotidien.


Chapitre 1:

Voilà déjà dix-sept ans, trois jours et neuf heures, je vous épargne les minutes et les secondes, que la Terre est sous l’oppression des Viscèbes, ces envahisseurs qu’on a nommés ainsi parce qu’ils mangent les organes internes; des monstres, c’est des monstres! Voilà un peu plus de quinze ans que je n’ai pas mit les pieds sur Terre où j’avais assisté à la mort déchirante de ma femme tuée pas ces êtres immondes sous mes yeux, mais aussi à celle de mon fils. Je suis, malheureusement, arrivé trop tard, tout est de ma faute! Partir, je n’aurais pas dû! J’aurais dû rester prêt d’eux. Voilà ce que j’aurais dû faire! J’aurais peut-être périe avec eux Leur carapace étant trop dure pour que les balles de mon chargeur en viennent à bout. J’ai laissé les débouilles des êtres que j’aimais le plus à plus à ses « immondices »… J’ai demandé la permission au commandant pour recruter des volontaires pour une mission qu’il a accepté, mais qu’il a qualifié de suicidaire… Moi, je vois cette mission comme la dernière d’un paquet d’extrémise qui est lasse de voir ses « immondices » gouverner sur Notre planète. Qui est lasse de savoir que le nombre d’humain restant sert d’esclave et de nourriture…

[N'est pas terminé... C'est le début d'une histoire que je n'ai pas finit]
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum