Histoire d'Hamorya

Melkun Izidem le sorcier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Melkun Izidem le sorcier

Message  Invité le Ven 23 Mai - 14:31

Tout d'abord bonjour à tous !
Je viens d'arriver sur le forum avec une histoire longue de deux poste, mais malheureusement pour vous, je ne l'avais pas fini quand destin m'a accepté, aussi j'ai décidé de retranscrire l'intégrale de l'histoire ici et de lui faire poursuivre son cours Smile. Apriori il n'y aura aucun évènement qui puisse trop perturber ma présentation et si c'est le cas je m'en excuse car j'écris au feeling, deux, trois personne m'ont déjà dit que j'avais une bonne plume et j'espère approfondir mes talents d'écrivain et suis encouragé en voyant que nous avons déjà deux écrivain plus que correcte Smile Je n'ai pas lu tout vos postes donc je ne sais pas si il y en d'autre mais si c'est le cas, j'ai hâte de savoir qui^^ aller je commence à écrire.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Melkun Izidem le sorcier

Message  Invité le Ven 23 Mai - 14:34

Je me souviens... Il y a de cela environs 22 ans, je vivais dans un village humain...curieusement son nom m'échappe...peut-être n'en avait-il pas, en tout cas se qui est sur c'est qu'il était situé dans le nord d'Amourache, prêt de la frontière avec le Norskgard. Moi et mes amis nous voulions entré dans l'histoire de nôtre monde, eux en s'engageant dans la Légion ou en devenant des guerrier itinérant, moi je voulais devenir un mage...De tout temps j'avais été plus chétif que la plupart de mes camarades, dans certains de nos jeux violents mes os se fêlaient alors que eux n'avait que des douleurs pendants quelques jours. Et pendant que les autres garçons se battaient avec des épée de bois, moi je désespèrerait d'apprendre la magie assis dans le foin à penser à de fantastique éclair de lumière et des tremblements de terre provoquer par de terrible invocations.
Un jour le village vit venir un vieil homme, il avançait en s'appuyant sur son bâton d'acier, gravé de rune antiques, à cette époque mon père était l'aubergiste du village, et je vis l'homme déposé une bourse d'or sur le comptoir, il y avait plus d'or que tout ce que mon père avait vu dans sa vie et moi aussi du haut de mon jeune âge je n'avais jamais vu autant d'or. Il demanda une chambre tranquille et qu'on lui monte un repas chaud. Mon père le traitait comme un seigneur, avec cet imbécile, plus vos bourses étaient rebondies plus il vous traitaient bien.
Moi jeune curieux, je suivit l'homme, il entra dans sa chambre sans refermer la porte et je l'observai, il enleva sa toge, révélant une peaux qui avait bronzé à certains endroit mais à d'autre d'étrange marque plus clair ce dessinait avec sa peau plus clair. Et alors que je l'observait il dit sans même se retourner:
- Mes marques t'intrigue ?
Au début je n'osais pas répondre et finis par dire:
- Vous êtes un mage ?
-...Pas vraiment, mais je connais les secrets des arcanes en effets.
L'homme m'intimidait un peu, avec son corps musclée et son aura quelque peu malveillante mais j'osais tout de même demander:
- Je...je veux être un magicien vous pourriez m'apprendre ?
- Je peux peut-être t'apprendre des rudiments de magie pendant que je serais là...Mais je ne fait pas de la magie de campagne...
Il se retourna et je vis son visage, il n'était pas si vieux, son visage du moins était assez jeune.
- Je ne trait pas les vaches par la pensée ni ne fait la moisson en restant assis.
Je rougit qu'il eût pu croire que je voulais faire se genre de tâches ingrates avec la magie.
- Non...moi je veux...me battre avec ma magie....
- Te battre ? Tuez veux-tu dire ?
- Euh..si il le faut oui dis-je tout doucement.
- Je n'ai pas bien entendu, que fera tu si il le faut ?
- J'ai dit : oui si il le faut je tuerais en me battant.
- Et dit moi tu veux te battre, avec la magie, mais tu ne veux que faire de grand éclair lumineux ou défendre une cause peut-être.
- Je...je n'y est pas vraiment pensé, je crois que je veux juste être...puissant.
Ce mots sembla déclencher quelque chose chez l'homme. il s'assit sur le lit, et me regarda...Je lui rendit son regard, et il me dit:
- Tu as un peu de cran et je sens une sorte d'affinité avec la magie, tu l'attires à toi, la siphonne, si tu étais suffisamment puissant probablement que ce siphon m'aurait mis à genoux et dévoré toute la magie que je possède mais tu n'as aucun talents particulier pour la manier...Je peux remédier a cela, mais pour devenir mon apprentis il te faudra l'accord de ton père...
Les paroles du mage m'avait donné du baume au cœur pour me le briser à nouveau, mon père voulait que je reprenne l'auberge familiale à sa mort, pas que je m'en aille parcourir la campagne à travers mont et vaux en lançant des sortilèges.
Je murmurais un oui désespérer et m'engageais dans le couloir, j'allais voir mon père.
Les hurlement de l'aubergiste me résonnent encore dans les oreilles:
- NON ! Jamais on aura vu un Eterm devenir un vagabond !
- Mais pas un vagabond papa, un magicien. Tu sais comme à la cour d'Amourache [ville] !
- Mon fils, c'est un rêve d'enfant, tes amis qui veulent devenir légionnaire ne deviendront probablement pas plus que des garde du village et pas de grand combattant de la Légion ! Et au lieu de te comporter en fillette a vouloir porter des toge et des sandales, rêve plutôt de porter un bouclier et une armure ! Un homme fier de sa virilité ne saurais porté une robe !
Et pendant qu'il hurlait que je n'était pas un homme accompli parce que je ne forniquais pas la fille d'un fermier dans les foin, je bouillonnais, il refusais de voir mon potentiel ! Le mage lui, l'avait vu ! Il avait vu que je possédais de la magie !
Et soudain une idée lumineuse me vînt, si j'utilisais cette magie pour influencer mon père...Je me concentrait essayant de faire taire ma rage pour utiliser mon don mais rien n'y fit. Et alors que mon avenir me semblait désormais ,'être qu'une série de bière et de pièce sonnante et trébuchante, j'entendis : "La magie est régit par tes pouvoirs mais aussi par tes émotions qui peuvent te donner de l'énergie lorsque tu n'en à pas, et la rage qui bouillait en toi est de ces émotions qui seront une aide pour toi."
Si cette voix disait vrai j'avais une échappatoire, je laissais couler en moi la fureur, ne la retenant plus pas le barrage de la moralité. Un autre que moi se serait mis à frapper du poing et à hurler mais moi un sensation grisante m'envahit, je me sentais... Exceptionnel au bas mot, je voyais de lentes traînées de vent affluer vers moi, elles venaient des clients, j'aspirais lentement mais surement la magie qui les habite, la magie qui habite chaque être. Je me fixais sur mon père hurlait, l'énergie provenant de lui augmenta, elle était un ruisseau et devînt un fleuve. Je continuait ainsi, vampirisant son essence, et alors que je sentait ses forces décliner et qu'une sensation de plaisir absolu me parcourais le corps, une main me saisit l'épaule, elle était noir comme l'ébène et des lambeaux de ténèbres s'en échappait. c'était le mage, je le sut dès que je vis les marques de lumière qui scellait les ténèbres de son âme.
- Cesse, ou tu vas le tuer !
Je ne l'écoutait pas, sa bouche déformée par les ténèbres ne pouvait m'intimider, j'étais bien plus fort que lui !
- Cesse !
Et soudain une puissante vague d'énergie ténébreuse secoua ma vision et tout redevînt normal la sensation grisante me quitta. Je jetais un regard de pur colère au sorcier soudain revenu, l'homme que tout le monde voyait et pas la créature de ténèbres que j'avais vu. Je crois que ma magie était sur le point de s'emballer à nouveau quand il me décolla une gifle phénoménale, mes pieds décollèrent du sol. Ma joue se fendit en deux sous le choc et un sang écarlate commença à couler à grands flots.
- La magie ce n'est pas du vampirisme ! Tu ne peux pas vampiriser des gens comme tu l'a fait en cette instant. A terme cela pourrais altérer ta santé mentale et physique, voir même ton âme.
- Qu'en savez vous ! Je suis probablement la première personne que vous ayez rencontré à pouvoir "siphonner" la magie ! criais-je, la douleur et la colère ne de plus ressentir cette sensation me rendaient fou.
- Tu es peut-être le premier que je voit faire de telle chose, mais ne crois pas qu'il n'y ai pas eu des précèdent. Dans l'histoire ce sont souvent des mage de guerre très puissant et connu pour des déchaînement d'énergie magique particulièrement impressionnant mais aussi des crise de folie aiguës assez régulières.
A ce moment je me tus, je me rendis compte qu'il avait probablement raison...
- Alors vous...vous pouvez m'apprendre à devenir un grand mage, maintenant que mon père ne possède plus assez de "vie" pour me dire non.
- Certes mais d'autre gens s'interrogeront sur l'endroit où tu te trouves, et je dois me reposer d'un long voyage. Profite que ton père n'a pas plus de volonté qu'un Pestiférer pour lui imprimer les choses que tu souhaites qu'il croit, ordonne lui d'abord d'oublier les dernière minutes, et ensuite, si le veux toujours, dit lui de t'autoriser à suivre mes enseignement.
- Très bien.
C'est ce que je fis.
Environs 8 ans plus tard je vivais toujours au village j'avais appris des dizaines de tour de passe-passe reposant a demi sur l'adresse et la dextérité, à demi sur la magie. Un de mes amis ,Darig Terth, était devenu un guerrier expert dans le maniement de deux lame à la fois. Nous nous entraînions souvent ensemble, moi au maniement du bâton et de l'épée, et lui à l'esquive de sort et de piège magique. Peu à peu nos autres amis qui devenait, forgeron, maçon, ou fermier, nous les laissâmes, devenant les aventurier du village. Parfois des brigands essayaient de d'attaquer le village et nous les repoussions avec l'aide de la garde municipale.
Mais quelques mois après mon 18 ème printemps, le magicien m'annonça que nous quittions le village et j'en éprouvais un mélange de peur et d'excitation et partit l'annoncer à mon ami. Il me regarda étrangement et me dit:
- Ce sorcier est mauvais, tu devrais le savoir depuis le temps que tu apprends à ses côté, je sais que toi tu ne l'ai pas. Tu n'es pas obliger d'aller avec lui, nous pouvons partir tout les deux à Amourache et trouver un mage qui te prendra en apprentissage.
J'hésitais terriblement, mais comment pourrais-je apprendre à ne pas devenir un fou auprès d'un mage classique, le sorcier m'avait dit que mon pouvoirs avait souvent été très mal considérer à travers l'histoire, et que je n'avais presque aucune chance de trouver un autre maître que lui...
- Non je ne peux pas, mes talents magiques sont très particulier et peu de magiciens sont capable de m'aider à apprendre.
- Comme tu souhaites mais promet moi de ne pas t'engager dans la voie du mal, entre les seigneur ténébreux qui apparaissent au Sud et le Venin, les amourachiens doivent resté bon pour espérer survivre.
- Je te le promet.
Je retournais à l'auberge de mon père, il avait retrouvé l'essentiel de sa vitalité depuis le temps, mais parfois lorsqu'il me parlait de mon apprentissage de la magie, il avait comme des absence, comme si ma magie bloquait les souvenirs qui auraient pu remonter à la surface. Quand j'arrivais il me regarda d'un étrange regard. je m'apprêtai à monter dans ma chambre lorsqu'il m'interpella :
- Perth Eterm, Viens ici mon garçon.
Je m'approchai de lui sans rien dire, et il me regarda comme si il sondait mon âme.
- Je sais que tu comptes partir, je ne suis pas aveugle et contrairement à ce que tu croit je sais qu'il y a 8 ans je ne t'aurais pas laisser faire de la magie mais du jour au lendemain sa ma parut aussi naturel que de servir de la bière, et je crois que c'est à cause de la magie.
Je pense qu'a ce moment j'eus l'air étonné car il sourit comme si cela confirmais ce qu'il disait.
- Sache avant tout que je ne t'en veux pas. Tu as l'air doué, et j'espère que tu arriveras a faire de grande chose, mais sache aussi que le sorcier avec qui tu es est dangereux, reste aussi peu que tu le peux avec lui. Apprends sur le tas et reviens nous vite ou même va a Amourache et sert le Maire-gouverneur. C'est la meilleure chose que tu pourras faire.
Cela m'agaçait, tout le monde me disait de me méfier, mais j'étais un grand garçon, je pouvais me débrouiller tout seul !
- J'essaierai de faire au mieux papa.
- Je le sais mon fils. Je le sais.
Après avoir jeter un dernier regard à mon père je montais à la chambre du mage. Je voulais lui parler, et lorsque j'ouvris la porte, je le trouvais torse nu, flottai à près d'un mètre du sol, ses marques luisaient de noir, il était au milieu d'étrange runes que je n'avais jamais vu et ses lèvre bougeaient s'en emmètre de son, je reconnu un sort qui permettait de posséder des objets ou des personnes, alors je retournais dans le couloir et observait discrètement. Il y avait un tablier en-dessous de lui et je reconnu celui de mon père. j'écarquillais les yeux, dévalais les escaliers et avant d'arriver en bas je vis mon père avec un sourire de dément.
- Je savais que tu était trop bon pour être un sorcier à part entière ! Par nature nous sommes mauvais, et aimons le pouvoir, toi tu aimes plus la vie d'aventurier que tu t'imagine, que la connaissance des maléfices ! Mais je n'ai pas perdu mon temps pendant ses 8 ans, je t'ai aider à contrôler le siphon que tu possède et t'es fait accumuler une fantastique quantité d'énergies magique, tu seras une outre pleine à laquelle je boirais à m'en faire éclater la panse !
Je ne reconnaissait pas mon père et savais qu'il était sous l'emprise de la malédiction qui le privait de sa liberté de mouvement et de sa volonté. J'écarquillais les yeux lorsqu'il se jeta sur moi les dents découverte, il me mit à terre et se pencha sur ma gorge comme pour y boire mon sang. Par pur réflexe, je me mit à attirer à moi l'énergie de mon père. Il se tordit de douleur et me relâcha, encourager par cette victoire, je continuais, me repaissant du sort qui lui avait été jeté. Au bout d'un moment il s'écroula et j'arrêtai de puiser en lui. Je le redressais, il avait l'air d'avoir vieilli de dix ans, je versais une larme qui tomba sur ses joues mal rasées et il ouvrit les yeux, il parut hébété et me regarda.
- Mon fils, dit-il de voix de vieillard, comme tu as grandit, après presque 9 ans d'emprisonnement mon âme se libère enfin. Merci, mais je t'en prie achève moi, je ne veut pas vivre comme sa...
Je l'observais de long en large, et vit que tout ce qui avait muscles ou graisse avait fondu, ses membres semblaient aussi fragiles que des brindilles, ses cheveux n'était plus grisonnants mais blanc et ses yeux laiteux.
- Je ne peut pas tuer mon père !
Il ferma les yeux avant de les rouvrir et de dire:
- Je comprends, mais soit tu me tue pendant que je suis ton père et que je suis digne soit tu tuera un monstre sans une once d'humanité.
Je me mit à pleurer, et alors que mes larme coulait sur ma chemise, il se mit à trembler, ses yeux commence à devenir noir et une bave blanche et mousseuse lui coulait le long de la joue. Il me jeta un regard suppliant, je versais une dernière larme et cessais de pleurer, je posais la main sur son cœur et commençais à siphonner, je pompai jusqu'à son âme et alors que je la buvais je senti le goût amère du mal, mais ce n'était pas celui de mon père, il venait d'ailleurs, j'intensifiai la vitesse à laquelle je "buvais l'énergie" et me rendis compte des souvenirs que mon père avait accumulé dans sa possessions sans y avoir accès, je me rendis compte de toute les fois où la bouche de mon père avait prononcé les paroles du sorcier.
Alors que je buvais le dernier souvenir, un dernier filon d'énergie s'accrochait dans le fond de l'âme de mon père, il s'en écoulait une énergie noire, et j'y plongeais...Je me retrouvais dans un océan noir, l'âme du sorcier que je me mit à boire à grande goulée. ce dernier se rendit peu à peu compte de ce que je faisais et aussi que son possédé était mort à présent mais que ce qui restait de son âme continuait à le relier à moi, si cela avait continuer je l'aurais tué lui aussi en aspirant son âme. Mais il était intelligent, il trancha le lien qui le reliait à mon père qui perdit sa dernière étincelle de vie tout en soufflant un merci que seul moi, dans son âme pouvait entendre. Je sortit de lui et me relevais, je me mit à courir vers la chambre du sorcier.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Melkun Izidem le sorcier

Message  Invité le Ven 23 Mai - 14:35

J'ouvris la porte et aussitôt une terrible explosion secoua toute l'auberge. Je fus propulsé à travers un mur et atterrit à une trentaine de mètre du bâtiment dans un ballot de foin. L'auberge avait perdu son deuxième étage et le sorcier était entièrement de ténèbres et les marques qu'il portait autrefois ne semblaient plus sceller le mal qui vivait en lui.

Il sauta du haut de l'auberge et atterrit sans le moindre mal. Je me relevais précipitamment et commençais à m'investir de l'énergie récupérer tout récemment...la sensation grisante, des réflexe qui n'étaient pas les miens, des souvenirs d'incantation.
Une boule de feu jaillit de ma main droite, elle alla s'écraser contre le bras du sorcier consumant les ténèbres. L'être ténébreux émit une petite exclamation de stupeur avant de me sourire et de se mettre à incanter, le ciel devînt noir comme l'ébène et de la foudre vînt frapper le sol, a chaque fois que la foudre frappait, un sombre spectre sortait du sol et commençais à avancer vers moi. De nouveaux souvenirs affluèrent...Un sortilège de révocation...j'incantais et les spectres se mirent à se consumer en hurlant de douleur. Par magie j'appelai à moi une étrange épée que je n'avais jamais vu et fonça vers mon ancien maître. Je frappai, il para de son bras qui saigna des ténèbres liquides, avant de me frapper violemment. Je n'eus cas dire un mot et les ténèbres de sa main se dissipèrent dans un hurlement de douleur qu'il poussa, et je ne reçus qu'une puissante gifle. A quoi je répondais avec une décharge d'énergie brut, le monstre fût propulser contre le mur de l'auberge et la traversa sur toute sa largeur avant de s'écrouler. Je soupirais et m'assit dans le sol, certains de l'avoir détruit.
Et soudain une ombre apparu au-dessus de moi, en regardant en l'air, je n'eus aucun mal à voir le toit de l'auberge me foncer dessus. Je me relevais et courut, le toit de chanvre propulsa des tonnes de poussières dans les airs au moment de l'impact, faisant devenir l'air extrêmement compact. Je n'y voyais rien et ne pouvait pas respirer. Aussi je fit souffler un vent magique qui évacua une partie de la poussière et me permis de respirer à nouveau, aussitôt je vis le sorcier qui courait vers moi prêt à frapper de sa main à nouveau couverte de ténèbres, je parais le coup avec ma lame et me retrouvais tout de même propulser plusieurs mètre en arrière et roulais dans la poussière. Une colère sans nom m'envahit alors et je bouillais comme jamais... Cet être infâme m'avait tout fait perdre ! Je n'arrivais pas à le vaincre ! Il avait volé à mon père huit années de sa vie et m'avait forcé à le tuer ! A mort le sorcier !
Un afflux de magie se fit en moi, le barrage mental que j'érige inconsciemment lorsque je suis calme avait céder. Je décharger toute cette énergie sous forme brut, sans prendre la peine de la raffiner, un orage commença, une pluie froide et acide commença à faire fondre mes vêtements, lentement mais surement. Des flammes volaient dans les airs et des vents d'une incroyable puissance soufflaient sur les ruines de l'auberge et le monstre. Des grêlons gros comme des tonnelets de bière vinrent frapper le monstre qui poussa plusieurs cris inhumain avant de tenter de m'approcher.
Une chaleur incroyable émanait de mon corps empêchant le sorcier d'approcher et enflammant le champ sec qui m'entourait. Et alors que les dangers affluaient de toutes part et que seul le monstre se souciait de la douleur qu'il ressentait, Je me mis à pomper à distance les tréfonds de son âme, à boire, à vampiriser, à siphonner. Les ténèbres s’envolaient de son corps pour venir m'entourer moi. Je sentais l'énergie affluer en moi et me protéger du feu, de la foudre, des vents magiques et de la grêle. Peu à peu je ne laissais plus qu'un corps faible et nu du sorcier. Je relâchais mon emprise à cette instant je m'approchais de lui en faisait jouer entre mes doigt mon épée. Je n'avais qu'une idée, le tuer le plus lentement possible, aucune mort ne serai jamais assez lente pour les huit années de voler à mon père. Quand j'arrivais, il brandit faiblement une pierre blanche en poussent un hurlement ou ce qui aurait du en être un mais n'était en fait guère plus qu'un souffle. Je haussais le sourcil, et la pierre s'illumina, elle allait exploser !
Je me protégeais magiquement de toute mes forces et le bouclier que je créai vola en éclat sous la puissance, je m'envolais à plusieurs mètre tout en étant propulser à toute vitesse à travers le village dont je traversais les fragiles murs de bois.
Je fini par être arrêter par le petit mur de pierre qui constitue l'enceinte de mon village. Je tombais dans l'inconscience, avec le rageant sentiment d'être faible, et aussi l'inquiétude de rejoindre les mondes inférieurs si tôt, les regrets qui me tenaillaient quand je repensais à mes choix passé.
Mais le Destin ne souhaitait pas que je meure, en tout cas pas maintenant, un savoir sombre m'envahit alors que le sang séché dans ma gorge était évacué par l'arrivée d'une eau fraiche. Ce savoir me disait quoi faire pour aider la guérison: incanter pour que mon esprit puisse fouiller mon corps, ensuite trouver les blessures, arrêter les hémorragies et tenter de ressouder les os...
Je n'avais pas la force, il été tellement plus facile de s'abandonner au brumes douces et chaudes qui m'entourait... J'entendais vaguement des voix, je percevais certaines odeurs et certains goût, ont me redressai pour me donner à manger, de la soupe...A chaque fois que je sentais un goût c'était celui soit de l'eau soit d'une soupe de légumes.
Un jour je parvins à ouvrir les yeux. Ils étaient fermés depuis si longtemps ! Mes paupières semblaient collante et ma vision était trouble...
Au début je ne vit rien d'autre qu'une forme indistincte qui parlait de façon tout aussi indistincte...
D'une voix grinçante je dis:
- Où suis-je ?
Pas de réponse. Puis un cri.
- DAAAAAAAAAAAAAARIIIIIIIIIIIGGGGGGGG ! IL EST REVEILLER !
Je n'avais pas la force de me couvrir les oreilles mais j'aurais aimé pouvoir le faire, après tellement de silence, un cri aussi puissant m'effraya. C'était la voix d'une femme, même en criant sa voix était douce comme du miel, je l'imaginais belle.
Je battis un peu de paupières et ma vision fut plus claire, je voyais une cascade de jais et une plaine bronzé, ses cheveux et sa peau, c'était tout ce que je distinguais. Puis j'entendis des pas lourd accompagnés d'un cliquettement métallique.
- Perth, tu m'entends mon vieux ?
Je toussais un peu.
- Je t’entends un peu trop même.
Un silence.
Et on me souleva et une force qui me semblait titanesque m'étreignit.
- Tu m'as manqué Perth.
- Ah, j'étais partit ?
- Oui dans un endroit où on ne pouvait pas te rejoindre.
Un rire sonore.
- Alors s'est aujourd'hui que tu t'éveilles ! Tu ne pouvais pas mieux tomber !
Je parvins à trouver la forcer de me frotter les yeux, une substance gluante s'accrocha à mes main et je vis mieux. Je plissais les yeux et vit mon camarade.
- Tu as vieillit constatais-je
Puis réalisant ce que je disais je dis:
- Depuis combien de temps est-ce que je dors ?
- Ca fait aujourd'hui trois ans.
Je demeurai abasourdi. Impossible que j'ai dormi pendant trois ans...
- Je sais que ça doit te paraître bizarre mais c'est aussi le cas pour nous. Nous avons consulté de nombreux mages et beaucoup n'ont pas su de quoi tu souffrais, un nous à dit que tu semblais "aspirer" son énergie et nous à demandé si tu avais fait un gros effort magique. Nous lui avons parlé de ton combat et nous à dit qu'il n'y avait rien détonnant si tu restais endormi après un tel combat, tu devais te "recharger en énergie" et réparer ton corps, il nous à dit que cela arrivait que ce genre de sommeil dure toute une vie.
- Et néanmoins vous avez décidez toi et ton amie de gardez mon chevet 3 ans durant ?
- Oui...Moi par amitié et elle et bien je pense qu'il vaut mieux qu'elle t'explique d'elle même.
- Perth tu te souviens de moi ?
Je regardais la jeune femme, son beau visage bronzé était encadré par une chevelure brune et non pas noire comme je l’avais vu et ses yeux d’un vert brillant m’hypnotisais, mais je crois que je n’en laissais rien transparaître.
- Si j’avais déjà vu une aussi belle jeune femme je crois que je m’en souviendrais.
Il me sembla que ses joues se rosirent.
- C’est gentil Perth, mais c’est moi Allia.
- Allia…
Je cherchais dans ma mémoire et me souvînt d’une fille un peu trop garçon manqué pour que quiconque si intéresse.
- Toi ? Mais…Je me souviens pas t’avoir déjà vu comme sa… Tu étais un véritable garçon manqué, sans vouloir t’offenser.
Elle sourit.
- Je ne m’offense pas, ce que tu as dit est tout ce qu’il y a de plus vrai. Mais si j’ai gardé ton chevet c’est que je t’aime.
Je ne dis d’abord rien et décida de le prendre avec humour.
- Je pari que tu dis sa à tous les hommes que tu as veillé pendant trois ans.
Elle rit et vînt déposer sur mes lèvre un chaste baiser agréablement frais, comme, comme…Il n’y à pas de point de comparaison. Mon cœur s’emballait et quand ses lèvres sucrées quittaient les miennes, je voulus me redresser pour les suivre mais n’y parvînt qu’à peine. Elle eut un nouveau petit rire et dit :
- Tu es encore un peu trop faible pour aller plus loin mais je compte sur toi pour reprendre du poil de la bête.
- Allia, maîtrise-toi enfin ! Dit Darig entre deux rires
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Melkun Izidem le sorcier

Message  Invité le Ven 23 Mai - 17:44

Areuh areuh areuh !! Bababa -bababibel !!

lol Bravo ! Je reconnais que tu as une très bonne plume (si tu as vraiment écris ce texte comme tu le sentais). Un ENORME bravo. Je te propose quelque chose : ne veux-tu pas continuer à écrire l'histoire de Melkun Izidem, indépendamment de l'historie que nous faisons en RP ? Une autre vie de ton personnage en gros, car je trovuerais dommage que ca s'arrete ici.

Encore bravo.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Melkun Izidem le sorcier

Message  Invité le Sam 24 Mai - 7:28

Mon bon Mervïn Smile Sache que je n'ai pas l'intention d'arrêter ici l'histoire qui est celle qui aurait du continuer sur ma présentation, et oui peut-être penserai-je à continuer l'histoire au delà de mon roleplay. Je verrai.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Melkun Izidem le sorcier

Message  Invité le Mer 28 Mai - 19:34

Allia me regarda tendrement avant de dire :
- Je vais aller nous chercher e quoi manger et un pichet de vin, nous en avons tous besoin je crois.
- Oui merci, Allia. Lui répondit Darig.
Nous nous retrouvâmes seul, moi le mage et lui le guerrier. Et sans prévenir il m'étreignit avec la poigne d'un ours et faillit me briser toute les côtes.
- C'est bon de te revoir Perth.
- Il me semble que tu l'as déjà dis, ou quelque chose y ressemblant en tout cas.
Il sourit.
- C'est que... pendant longtemps j'ai eu peur que tu ne te réveilles pas...
- Je comprends. Si avait été toi à ma place je crois que je n’aurais jamais espérer que tu te réveilles…
Darig me regardât avec circonspection et dis
- Prends garde à ce que tu dis…
Et nous éclatâmes de rire. Mon rire fut interrompu par une quinte de toux qui me donna le droit à un regard inquiet de Darig.
- Durant ta convalescence tu n’as jamais toussé…
- C’est surement dû à cette recrudescence d’activité…Mon corps s’adapte.
- Oui…Sa doit être sa…
Il ne voulait, de toute évidence, pas me montrer qu’il s’inquiétait, mais je voyais bien que c’était le cas. Je n’en fis néanmoins pas la remarque. Je regardai ma chambre, elle était bien rangée et elle avait été parfumée. Une fenêtre au volet ouvert donnais une vue sur des rues blanche…
Blanche m’interrogeais-je ?
Puis je me tournais vers Darig, je voulut parler mais je vis son armure et son large bouclier rectangulaire.

[ une petite suite de l'histoire mais je sais pas ce que j'ai, pas motivé pour continuer^^ désolé aux adeptes (mervïn) Very Happy]
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Melkun Izidem le sorcier

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum