Histoire d'Hamorya

La Guerre Divine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Guerre Divine

Message  Destin le Lun 1 Nov - 12:56

L'obscurité en pleine journée.

J'étais là, le jour où la Lune vient à cacher le Soleil. Nous étions alors à la fin de la Seconde Année du Quatrième Âge. Je fessais partit de l'escorte qui accompagné le Khagan Hywyn dans une mission importante vers la Caravane Marchande, qui se trouve dans les Marches du Désert.

Nous avions d'abord cru à un nuage. Mais celui-ci était trop lourd, trop sombre ; lorsque nous avons levé nos regard, nous fûmes toucher par l'horreur. Nous pensions que la chaleur du soleil et sa lumière nous abandonné. On a tiré des flèches de feu pensant pouvoir le rallumer mais il n'en fut rien. Soudain, dans les ténèbres de cette obscure journée, le Dieu Ani vient à notre Seigneur pour éclairé sa route. Nous étions à présent protégé par le Dieu du Feu qui nous a permit de retrouver notre chemin jusqu'à la capitale.

Lorsque nous arrivâmes, je prit congé immédiatement pour aller trouver les Prêtres. Ceux-ci avouèrent que ce signe de terreur signifiait que l'Équilibre avait été rompu. Je ne m'y connais pas bien en mythologie et en Magie, mais ils m'ont dit que cela ne pouvait être que le fait d'une Divinité. La peur m'emportât en dehors du Temple du Feu pour rejoindre ma Famille et m'assurer de leur bonne santé.


Extrait du journal personnel du Cavalier Fealiok, Garde du Khan Seijru, Sudïnite.

Quand les Temples sortent les Bannières, les Nations parlent...

Ceci se passât durant la Troisième Année du Quatrième Âge. J'étais alors Noble d'Hamorya et je pensais que la paix serait éternel. Cela fessait depuis plus de 60 ans que le Venin avait été vaincu, nous pensions ne plus jamais avoir à faire à un ennemis de la sorte. Quelque part, nous avions raison.

Une fine pluie d'automne tombait sur la Ville Blanche lorsqu'on entendit, à l'extérieur des Remparts, en direction du Temple de l'Eau, le cor du Temple sonnait. Comme bon nombre de mes compatriote, je me suis rendu au Temple pour voir de quoi il s'agissait. Les Temples sortaient les Bannières. Cela, nous l'avions apprit à l'École de la Nation, ne pouvait signaler qu'une seule chose : le début d'une nouvelle Guerre Divine.

Habituellement, les Nations et les Vivants restaient de simple témoins de ce genre de Guerre qui nous dépassaient largement. Hélas, trois fois hélas, ce ne fut pas le cas cette fois ci... mais nous ne le savions pas encore.

Nous repartîmes tous reprendre nos habitudes lorsque je reçus une lettre de la Doyenne du Sénat, m'appelant à venir participer à une séance extraordinaire. Je ne me doutais alors pas encore du sujet de cette invitation.

En ce temps, nous étions encore sous Conseil de Régence. C'était nous, les Nobles d'Hamorya, qui décidions de la politique de la Cité en votant à l'unanimité. La Sénatrice Cerridwen Diane fut la première à parler. Elle disait que cette Guerre Divine serait plus grande et plus terribles que les précédentes, évidement personnes ne la crut. Elle disait que la Guerre Divine qui commençait était une Guerre d'idéologie et que pour cela, elle était plus dangereuse que toutes les autres. Personne ne voulait la croire, nous savions tous que ces choses là dépassait les simples Hommes que nous étions, nous savions bien que face à une Armée Divine, notre Légion ne pouvait rien faire. Nous lui avons rit au nez.

Elle voulait aussi que l'on mettre la Grande Prêtresse comme "figure de proue" de notre Nation. A la tête de celle-ci donc, mais en restant sous notre autorité. Évidement, il était impensable d'accepté une telle idée. Le Sénateur Gurio fut l'un des adversaires politiques les plus difficiles contre la Sénatrice Cerridwen Diane. Il l'a contredisait à chaque foi et nous l'avons suivit. Certes, la plus part d'entre nous étions d'accord avec ce qu'il disait mais on ne se doutait pas encore de ce qui nous attendait. Quand au Sénateur Imerion, lui voulait que l'on rentre dans une Guerre de Religion, qu'on parte à la conquête du Monde et qu'on impose le Culte de l'Eau aux autres Nations... Étrangement, c'était peut-être ce que nous aurions dut faire dès le départ... .

Le débat venait juste de se terminer. On avait décidé de lever la Légion pour la préparer à une Guerre mais on avait refusé que la Grande Prêtresse est un quelconque rôle à jouer dans cette histoire... C'est alors que le Mal s'abattit sur la Cité.


Propos recueillit par le Sénateur Nounkirius, Hamorien.

La Dernière Lamentation

Hamroya, durant l'automne 3 A4.

Je n'étais que petite fille à l'époque, mais ma mémoire n'a jamais oubliée ce dont j'ai était l'une des témoins et survivantes... .

J'avais 8 ans et je vivais avec mes parents de la 42ème Quartier d'Hamorya, que l'on nommait "Le Quartier Gourmand". A cette époque, il était l'un des plus réputé pour la gastronomie qu'il offrait, maintenant tous les restaurants ont fermé après l'attaque. Juste à l'Ouest de notre Quartier se trouvait le "Quartier Joyeux", qui est aujourd'hui connu comme étant "Le Quartier de Ruine".

Je venais juste de me réveiller lorsque le sol de la maison s'est mis à trembler. Il a tremblé, très exactement cinq fois. Je m'étais rapprochée de la fenêtre pour observait de quoi il s'agissait lorsque j'ai aperçue les flammes et les pierres des murs voler dans le ciel. Un Démon de Feu venait tout juste de sortir de terre et avait fait exploser le Quartier, le réduisant en ruines. Je me rappelle encore des hurlements de terreur de mes compatriote lorsque les Hommes-de-Feu se mirent à jaillir du cratère et à tuer tous ce qui vivait. Ma mère vient à moi pour me sortir de la maison, j'étais incapable de bougée tellement j'avais peur.

Nous quittâmes prestement la maison qui, je le vis, fut détruit par la suite car elle se trouvait sur le chemin pour le Château d'Or, ce qui était la cible du Démon-de-Feu. Je vis la demeure de mon enfance être détruit par une terrible explosion. C'est à ce moment là que la terre se mit à vivre à à nous défendre. Je n'ai pas bien vue ce qu'il se passait mais je me souvient avoir entendu les cries des créatures du Feu qui était en train de mourir sous la défense que la terre nous procurée.

Ma mère courait toujours, avec moi dans ses bras lorsqu'elle s'arrêtât subitement. Me déposant je crues bien que ma dernière heure était arrivée. Un immense tsunami venait sur nous. J'ai tout de suite priée la Déesse Naïades, Déesse de l'Eau, de venir à mon aide. Quel fut ma joie lorsque l'eau me traversât sans me faire de mal. On pouvait tout de suite voir que la Déesse voulait protéger notre Peuple. La terre avait réussit à détruire les Hommes-de-Feu et le tsunami avait sérieusement endommagé la force du Démon-de-Feu.

Celui-ci semblât mort, on le pensait vraiment... Puis ce fut le nuages de centre et les éclaires de feu. Le ciel se couvrit le noir et nous crûmes bien que c'était la fin de toutes vies tout comme c'était la fin de la Nation immortelle d'Hamorya La Blanche.

Ce fut le début de ce que l'on nommât par la suite, "La Dernière Lamentation". Des boules deux feu tombèrent du nuages noirs pour tomber en quatre endroits. Trois à l'intérieur de la Ville et un autre à l'extérieur. La Capitainerie du Port, la Caserne de la Légion, le Château d'Or et le Temple de l'Eau étaient les cibles de cette affreuse attaque. Les bruits de destructions et d'explosion furent les seules choses que j'entendis. J'ai apprit, plus tard, qu'en même temps un Kraken et un Dragon Marron vinrent pour détruire les derniers Homme-de-Feu.

Lorsque le cataclysme fut passé, on se mit à déblayer et à chercher les survivants. J'ai apprit, quelques jours plus tard en aidant à la reconstruction, que la Capitainerie du Port avait été détruite par les boules de feu, la Caserne sérieusement endommagé mais que le Château d'Or et le Temple de l'Eau avait miraculeusement était sauvé.

Cette Bataille sera probablement la plus tristement célèbre de notre Histoire. A partir de ce moment là nous avions un ennemi commun à tout Hamorya. Tout Hamorien, quelques soient sa races, ses origines, son Culte, avaient maintenant un ennemi commun. Nous voulions notre vengeance, nous voulions que le Dieu Ani paie pour ses crimes. Nous avons tous prié le Dieu Wellan et la Déesse Naïades, nous les avons tous prié pour que le Dieu du Feu soit défait, pour qu'il soit vaincu et qu'il perde sa Divinité. Nous voulions notre vengeance.


Extrait de l'autobiographie de Valia Balienni, Hamorien

La Bataille de la Grande Porte

Nous avions vu le feu dans la ville et maintenant nous le voyions à l'extérieur. J'étais alors le septième fils d'un fermier d'Hamorya, nous vivions dans les Champs du Pélénémos lorsque nous fûmes surpris par la Salamandrie. Cette Cavalerie Lourde du Sudin pénétrât avec force et fracas dans le territoire de nos aïeux. Fort heureusement, j'étais loin de la ferme lorsque les premières flammes ont commencé à naître dans les champs. Je me souviens encore des cris et des pleurs qui me déchiraient autant les oreilles que le coeur. Des hommes, des femmes et des enfants, qui mourraient mordu par les flammes ou dévoré par les Salamandre Géante.

J'ai eu la chance de pouvoir m'abriter juste à temps dans la Ville Blanche au moment où tout les champs se fessaient détruire par les flammes. Heureusement pour nous, les dieux venaient de terminer leur bataille dans la ville... Mais lorsque la Horde du Désert est arrivé devant la Grande Porte... l'espoir nous avait perdu.

Le Sudin commençât alors le siège de notre ville. Nous nous apprêtions à livrer ce qui aurait put être notre dernière bataille. Je n'étais pas encore à l'abri lorsque les premières victimes tombèrent. Hélas, ce fut des notre. Une cohorte entière d'archers de la Légion fut détruite par le souffle de flamme du Dieu Ani. Pour nous, il n'était plus le Dieu du Feu mais le Démon du Feu. Par ses actions, il avait perdu toute divinité à nos yeux.

Avec un tel allié, le Khagan Hywyn aillait pouvoir aisément prendre le contrôle de la Ville Blanche. Mais ce fut sans compter l'aide de la Déesse Naïades. Notre Déesse Protectrice allât geler la Horde du Désert, permettant un répit à nos défenseurs. Mais nous ne savions pas encore qu'un évènement des plus merveilleux venait de se produire alors que nous avions perdu tout espoir.


Témoignage de Giluis Zarkos, recueillit pour la Gazette Hamorienne.

La Diplomate

La victoire était proche pour le Sudin. Plus que quelques pas et nous pénétrions dans la Ville Blanche. Le Khagan Hywyn aurait put devenir Empereur en prenant Hamorya comme Vassal. Il aurait put, mais il manquait d'envergure. Nous sommes beaucoup à n'avoir que peu apprécier ce qu'il avait fait.

Le siège venait de commencer, certes nos armes de siège étaient gelé par la Déesse Naïades mais le Dieu Ani avait déjà pratiquement détruit toute défense Hamorienne et, avec ou sans son aide, on aurait eut qu'à entrer dans la Ville pour tout mettre à feu et à sac.

Nos Services Secrets n'en avaient pas été informé, la décision était récente mais effective. Nous fûmes tous surpris lorsque la Grande Porte s'ouvrit et qu'apparut la nouvelle dirigeante d'Hamorya. La Maire-Gouverneur Cerridwen Diane allât en ambassade vers notre Seigneur des Seigneurs. Le Khagan Hywyn et elle se mirent à parlementer et nous fûmes nombreux à être surpris de le voir entrer dans la Ville Blanche, avec une escorte et ses Khans. Ce que nous ignorions alors, c'était qu'il venait de signer la paix.

Par les paroles de la Maire-Gouverneur Cerridwen Diane, le Sudin venait de perdre cette bataille. Celle que l'on nommait désormais "La Diplomate" avait réussit à mettre à genoux le fier Khanate Sudin. Bien plus qu'une bataille, nous venions de perdre la guerre... .


Journal de Quor'Tëe Pouh, Lieutenant du 5ème de Cavalerie Légère Sudïnite.

La Bataille des Titans

Je m'en souviens encore. Un spectacle à la foi beau et terrifiant. Nous n'avions jamais vu ça. Alors que les troupes de la Horde du Désert diminué à vue d'oeil avant de, finalement, s'en aller tout simplement ; dans les Champs du Pélénémos, une bataille décisive se jouait.

Au début, nous n'avions pas comprit, ce furent les cris des Archers sur les Remparts qui nous mirent en alerte. Alors que la Canicule fessait rage sur le Monde, un Démon de Feu apparut. Plus grand et plus impressionnant que ceux que l'on avait déjà pu voir durant la Dernière Lamentation. Le Monstre de Feu se dirigeait droit vers notre ville avec la ferme intention de tous nous détruire.

C'est alors que surgit, du fond des Océans, le puissant Kraken. Les deux Titans représentaient les deux forces Divines en guerre. L'Eau contre le Feu, à nouveau. Nous pensions que tout été terminé. Le Monstre de Feu bénéficié de la puissance de l'Été et la force du Dien Ani était à son paroxysme. Du haut des Murailles, nous étions tous rassemblaient. Nous observions et attendions soit notre salut, soit notre fin à tous.


Journal de Seferanus, Hamorien.

La Révolte du Sudin

Moi, Tien'Ark Fold'Ti, Meunier de la race des Lézaridiens du Khanate Sudin, fils de Forl'Ark Suïk'Ti, fils de Veark'Ark Gun'Ti de la tribut des Poazhrry, du Clan Wree'Krp'O, fut témoin de ce qui suit.

En l'an 7 du 4ème Âge de l'Histoire de ce Monde, du paysan à l'artisan, de toute race que nous fûmes, la Nation du Sudin se révoltât contre la tyrannie du Dieu Ani. Armée de fourches et de bâtons, nous allâmes en direction du Temple du Feu.

Nous nous retrouvâmes alors face à la défense des Prêtres du Feu. Avec leur Magie et leurs armes, nous n'avions que peu de chance de nous en sortir. C'est alors que, par bonheur, la Horde du Désert nous vint porter secours. Nous étions en nombre alors et plus fort que les Prêtres du Temple. Victoire était faite.


Journal de Tien'Ark Fold'Ti, Sudïnite.

La Déesse Reinne

La révolte du Sudin, la Bataille des Titans et, d'aucuns dirent que même dans le Monde Supérieur, une bataille se déroulait. Ce qui se déroulât durant cette bataille est inconnu de tous sauf des dieux. Pourtant, les Cieux ont parler et c'est en observant les étoiles que l'on découvre leur message.

Aux portes de l'Antre de l'Eau, l'Ultime Bataille de la Guerre Divine se déroulât. Les Armées du Feu attaquèrent les Armées de l'Eau et, grâce à la force que lui donnée la Saison du Feu, le Dieu Ani prit rapidement un avantage considérable sur son ennemi. La Guerre aurait put se terminer là, par la défaite de la Déesse Naïades mais il en fut autrement. Peut-être était-ce depuis longtemps décidé, ou peut-être est-ce le fait stratégique de la Déesse. Quoi qu'il en soit, elle réussit à garder ses défenses intact jusqu'à la fin de l'Été. Lorsque l'Automne arrivât, le sort en fut jeté. La Saison de l'Eau donnât toutes ses forces à la Déesse Naïades ce qui lui permit d'écraser les Armées du Feu.

Il en fut ainsi d'après le Mythe de cette Ultime Bataille. La Déesse Naïades vainquit alors le Dieu Ani qui y perdit sa Divinité. Il tombât alors des Cieux pour redevenir un simple Mortel.

La Guerre Divine se terminât ainsi, par la victoire de celle que l'on nommât par la suite "La Déesse Reine". Son Culte était devenu le Culte unique, et la Paix allait enfin revenir.


Livre du Maître Mage Diocorr, Historien de l'Université de Magie d'Exogonia.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum