Histoire d'Hamorya

Fardeau.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fardeau.

Message  Invité le Lun 12 Juil - 12:19

Le voyage dans le désert n'est pas une mince affaire pour une caravane préparée. Le traverser seul est un véritable défis pour quiconque y est né. Pour les autres, il arrive qu'ils aient la chance de croiser des bandits où une créature des sables qui les soulage d'une mort lente et ô combien douloureuse...

Furokaï entra dans Sudin, le teint habituellement pale tanné par les vents sablonneux des étendus sablées. Une large cape jaunie recouvrait sa tête et ses épaules et sa tenue de voyage en cuir, quoique bien entretenue, avait elle aussi visiblement soufferte. Le soleil pleuvait sur la ville, et les grain de sables soulevés à chacun de mes pas formait des nuages iridescents sur les dalles blanches des rues. Une bien belle journée en vérité.

Mais pourquoi Sudin? Cela lui semblait une éternité qu'il avait quitté Exogonia. Était-ce l'appel de l'aventure, cette force qui vous pousse à vous détourner de vos objectifs pour vous entrainer vers le danger? Non...Cela fait bien trop longtemps que ces sirènes ne résonnes à mes oreilles qu'avec la voix d'une veille amie... Le soleil à le don de me faire perdre mes idée, mais cette fois, c'est autre choses.


Je continuais a marcher, sans but, au travers de Sudin, et pourtant, ma destination était précise.


Il s'agis d'une humble demeure situé près de la caserne. Une arche blanche marque l'entrée d'une petite cours ou les palmier reprennent vie. Pourtant, lorsque je pousse la petite porte de bois clair, c'est une morte que je trouve. Il s'agis d'Elirie: une Oïshim, qui devait avoir la cinquantaine, mais que j'avait connue très jeune. Une amie d'enfance. Ses rares rides était celles d'un sourire, et elle était allongé sur son lit, en toute simplicité. Elle aurais très bien pu dormir. Mais ce n'était pas le cas, tout simplement. J'entrouvrais un volet, laissant un rai de lumière s'introduire et se poser, après un bref hésitation, sur son visage. Je souris à l'idée que je les voyais de plus en plus souvent mort, mes vieux amis, et que mon heure viendrais certainement un jour, pas forcement si éloigné. Mais cette vie était belle, alors pourquoi vouloir partir.


C'est sans grande procession que disparue donc une de mes meilleurs amis, mais tu sait, se sont ces adieux là qui sont les moins douloureux. Un vieil homme m'a dit un jours :
" L'autre, présent, nous rappelle sans cesse sa capacité de changer, absent il est prisonnier de l'image que nous nous sommes faite de lui. "

Aujourd'hui, cela prenait tout son sens. Mais quelque part, j'espère qu'elle, comme les autres, continue de vivre au travers de cette image d'eux que j'ai réussie à faire prisonnière, cette captive qui voyage avec nous, ou que l'on aille, et qui parfois, s'échappe via nos mots vers d'autres imaginaires et ainsi continue à vivre et à changer!


Je sortait dans la rue.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Destin le Mer 14 Juil - 10:35

"Il est là c'est lui !", criât un Homme-Félin, dit Félinide, lorsque Furokaï sortit de la demeure.

Immédiatement après ce cris, une dizaine de Sudïnites armées arrivèrent, arme au poing, et encerclèrent Furokaï. Celui-ci pouvait voir que ces Sudïnites portaient non pas les couleurs de la Caserne et de la Horde du Désert mais celle de l'A.D.O., les Services Secrets du Sudin.

"Au nom de la Loi Sudïnite, je vous arrête pour le crime d'Elirie. Vous avez le droit de garder le silence jusqu'à votre jugement pour votre crime ou de demandé justice en Arène. Si vous résistez ou décidez de vous échapper vous serez déclarer Hors-la-Loi et Pouvant être tué Hors-Arène sans enfreindre la Loi du Sudin."

Dit le plus grand des agents, un Homme-Lézard, dit Lézaridien, dont les écailles étaient rouges et noires et les dents pointu. Son regard était menaçant et tous ceux qui l'accompagnaient été prêt à foncer sur Furokaï au moindre geste suspect.

La Loi Sudïnite était aussi belliqueuse que le peuple, et ça depuis sa naissance. Néanmoins si on avait le droit de tuer à l'intérieur de l'Arène, c'était fortement interdit à l'extérieur. Sauf pour tuer un Hors-la-Loi. Cette loi était ancienne et daté de la création de l'Arène, que l'on avait fait afin d'éviter les règlements de compte dans les rues et de casser l'images "barbares" des Sudïnites tout en leur donnant un lieu de distraction.

Le Félinides qui avait montré du doigt Furokaï le regardait d'une étrange façon. Il était facile de voir toute la haine que ce Sudïnite éprouvait pour le Oïshim rien qu'en observant ses yeux. Lorsque les gardes furent arrivé, le Félinide affichât un large sourire entendu et fit demi tour.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Invité le Mer 14 Juil - 13:11

"...Si vous résistez ou décidez de vous échapper vous serez déclarer Hors-la-Loi et Pouvant être tué Hors-Arène sans enfreindre la Loi du Sudin."

*Qu'ils sont aimables...*


"C'est décidément toujours un plaisir pour moi d'avoir à faire aux force de l'ordre, je vous promet..."


Le Félinide qui m'avait "dénoncé" savait exactement ce qu'il faisait. Un personnage dont je n'était pas près d'oublier le visages, et surtout les yeux. Deux petites taches mesquines et noir et haine. Mes options était à vrai dire relativement limité. La plupart des garde sont de simples hommes ayant reçu un rapide entrainement au maniement des armes. Mais chaque sudinite peut-être un guerrier redoutable, et des differentes missions que j'ai eu l'occasion de mener à bien, celles du désert restent les plus éprouvante. Derrière chaque homme peut se trouver un guerrier aguerri. Je me souvient en particulier d'un vol d'artefact chez un riche marchant sudinite. Alors que je m'enfuyais un petit matin, j'était tomber nez à nez avec ledit marchant. Dans tout autre nation il aurais certainement s'agit d'un vielle homme bedonnant. C'était presque sa: un homme tigre dans la force de l'age, armé d'un cote de maille et d'une bâtarde qui m'avait semblé gigantesque sur le moment. Il m'avais poursuivit sur chaque toi de la ville, Avant de me coincer sur le toit du temple du feu, en haut d'une tour. Un combat épique en vérité, et que je n'avais pas reussi à gagner: Il avait néanmoins rendu honneur à mes compétences en me laissant la vie sauve, ainsi que l'objet de mon vol, et nous entretenons depuis de bon rapport... A vrai dire, c'est lui qui m'avait charger de récupérer l'objet en question quelques années plus tard chez un Norsk... Jerten, tel était son nom, et sans cette arrestation, je serait certainement aller lui rendre visite dans la journée...

Pour en revenir à nos affaires, je ne doutais pas que les agent secret de Sudin était des types entrainés, des pro pour sur. Et cela n'était sans doute pas à mon désavantage au fond, ils n'appartenaient pas à ceux que l'on achète et que l'on berne facilement. Mais d'un autre coté, toute fuite serait, au minimum, suicidaire.


"Vous permettez que je réfléchisse un peu à l'arène histoire de me familiariser avec le concept? C'est une sorte d'exécution publique où j'ai le droit de bouger c'est sa?..."
J'affichais une mine terne.

Le garde le plus proche grogna et commença à m'emmener par le bras. Je me dégageais de son emprise promptement. Il posa la main sur le pommeau de son arme.


"Ne vous faites pas de soucis, je vous suivrais comme.... une Ombre."

Et ainsi je partis sous bonne escorte.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Destin le Mer 14 Juil - 16:23

Les gardes ne répondirent pas d'avantage à Furokaï, sous un simple signe de mains de leur chef, ils entourèrent leur homme en une escorte parfaite. Trois à l'avant et trois à l'arrière, deux sur les cotés. Un bon carré bien formé avec Furokaï au centre. Si ceux sur les cotés ne lui décrochait aucun regard, leurs mains étaient pourtant bien positionné sur les manches de leurs armes, prêt à s'en servir en quelques secondes de temps.

Le groupe marchât à travers la ville, ils contournèrent la caserne et passèrent par les rues les moins animés. Si dans son passé, Furokaï avait put avoir vu le siège de l'A.D.O., ou pas, il pouvait être certain que les agents Sudïnites ne l'emmener pas du tout vers le siège des Services Secrets Sudïnites. Ils arrivèrent bientôt prêt d'une maison en brique recouverte du sable du Désert. Celle-ci semblait délabré et abandonné, sa position en retrait de la ville fit naître en Furokaï un sentiment qu'il n'avait pas ressentit depuis ses dernières missions.

Les hommes entrèrent un à un, en silence, et obligèrent l'Oïshim à faire de même. Un odeur de sang parfumé l'atmosphère. Devant Furokaï se trouvait une croix, à hauteur humaine, avec des corde à chaque extrémité. A coté de la croix, différents objets de torture et de supplice.

L'un des agents poussât alors Furokaï vers la croix avant que deux autres de l'attrape afin qu'un quatrième ne se charge de lui arracher les vêtements qu'il portait sur le dos. On le fouillât et lui retira toute ses armes. Pendant ce temps là, le chef prenait tranquillement place sur un fauteuil. Lorsque Furokaï fut torse nue, les agents le plaquèrent de force contre la croix et lui attachèrent les poignées en riant.


"Bien, j'espère que tu es confortablement assis. On te connait plusieurs noms à toi... aussi je t'appellerai "Oïshim 17". Je sais que toi et les tiens êtes maîtres pour vous inventer toute sorte d'identité. Faut dire qu'on vous surveille depuis longtemps... et depuis longtemps on s'est fait la promesse de détruire votre organisation", dit le chef en observant Furokaï avec un sourire diabolique entre les lèvres.

"Surveillez dehors, que personne n'entre ni ne sorte. Nous devons être tranquille pendant cet entretient", dit il à certains de ses Sudïnites. Ils furent six à sortir et quatre à rester. Deux était de chaque coté de la croix, surveillant Furokaï, armes en mains. Un troisième était à coté des objets de torture et n'attendait que le signal de son chef pour agir. Ce dernier était toujours sur son siège, à observer sa proie.

"Allons, Oïshim 17. Tu vas me dire tout ce que je veux savoir... à commencer par la raison de ta présence en Sudin ? Ensuite, tu nous parleras des autres Oïshim... et tu me diras où je peux les trouver."

Avant que Furokaï n'ai put répondre à la moindre question, le Bourreau mis un fer au feu et allât chercher le fouet, prêt à l'utiliser en attendant que le fer soit suffisamment chaud pour laisser des marques à jamais sur la peau de l'Oïshim.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Invité le Mer 14 Juil - 18:41

"Allons, Oïshim 17. Tu vas me dire tout ce que je veux savoir... à commencer par la raison de ta présence en Sudin ? Ensuite, tu nous parleras des autres Oïshim... et tu me diras où je peux les trouver."

M'est avis que j'avais déjà eu a faire à ceux là par le passer. Toujours est-il que leurs méthodes on changés..

"Bon, m'est avis que votre manière de discuté est peu plaisante..." J'arborais un sourire sans joie. Puis, franchement vexer, j'ajoutais

"Hey, et puis Oïshim 17, c'est un peu méprisant! Appeler moi Oïshim 1 au moin!"

Pour unique réponse, un premier coup de fouet...

*J'aurais peut-être du choisir l'arène tien...*

Bon, pour bien comprendre, je vais vous faire un petit récapitulatif de la situation. Je suis enlacé sur une croix, avec quatre gardes avertis autours, dont un boureau, et un type qui pose des questions. Les liens sont solides à n'en pas douter. J'ai certainement du garder au moin une lame sur moi, on ne me désarme jamais entièrement. Cependant, elle est hors d'atteinte, c'est certain. Il s'agis d'une lame noire tendu sous mon aisselle droite, sous une fine couche de peau. Autre option, l'aide divine? Après tout, la déesse de l'eau m'avait bien promis son aide. Et les braises à mets pieds me donnais bien envie de lui demander une petite faveurs, d'un coups... Toutefois... Non ce n'était pas foutu...

"Alors, je suis venus à Sudin pour honorer la mort de mon amie... Que vous avez certainement décidé de tuer n'est-ce pas? Par jalousie? J'en doute. Au fond je ne pense pas que vous enviez notre situation: enfin surtout la mienne..." Et ils ne se doutaient pas que cet humour cachais pour moi la très désagréable sensation d'être attaché...

Je souris.


"Allons, vous voulez quoi au fond? Notre disparition n'est pas un bien en soit, elle ne peut l'être qu'en vue d'un but: Lequel?"
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Destin le Mer 14 Juil - 19:25

"C'est moi qui pose les questions, Oïshim 17 !", hurlât le chef au moment où un nouveau coup de fouet fut lancer sur Furokaï.

"Je veux tout savoir de votre organisation, je veux que tu me donnes le nom de tes amis Oïshim et leur emplacement que, je suis sur, tu connais. Je veux aussi le nom de tes chefs et je veux savoir où ils se trouvent, eux aussi.

Voilà tes options, soit tu parles et tu meurt vite et sans douleur. Soit tu décides de jouer le jeu du silence et alors tu mourras dans une longue et lente agonie. Mon ami là qui te sert de bourreau est un expert en torture en tout genre. Son record à était de torturer un pauvre Nains pendant 7 jours avant que ce dernier ne meurt... cinq jours pour un humain... Donc à toi de décider comme tu veux passer les derniers instant de ta vie.

Je le répète donc, donne moi les noms de tous les Oïshims ainsi que leurs emplacements. Parle maintenant... ou on t'arrachera tes paroles parmi les hurlements."


Le Bourreau fit claquer son fouet une nouvelle foi pour terminer les paroles de son chef. Pendant ce temps là, le fer commencer à rougir dans les flammes et les autres instruments de tortures se fessaient bien voir sur la table à coté. Certains étaient fort connu, d'autres avaient des formes étranges. Mais parmi tout ces instruments, aucun ne semblait être prévu pour tuer de manière rapide. Tous étaient bel et bien des instruments de jouissance pour la sadisme du bourreau.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Invité le Jeu 15 Juil - 13:55

"Je le répète donc, donne moi les noms de tous les Oïshims ainsi que leurs emplacements. Parle maintenant... ou on t'arrachera tes paroles parmi les hurlements."

*Et bien que voila de joyeuses propositions...*

Il est toujours difficile de discuter avec ce genre de personnes. Il sont bornés pour sûr. Mais au vue du degrés énervement de celui qui m'interroge, il restais des choses à tenter...
Je baisser la tête visiblement atteint par les coup de fouet répété, après tout, quel vieillard de mon état ne le serait pas.

Je murmurais:
"Il faudrait qu'il soit médecin plutôt que bourreau pour me tenir en vie cinq jours votre ami..."

Toujours ce foutu coup de fouet en réponse... Le visage de l'interrogateur s'était tendu. Je tentais de rester calme malgré les entraves sur mes bras.


"Et puis mon grand si tu est faible au point de te livrer à la torture d'un homme sans défense, c'est ton problème. Pas même capable d'exercer la torture toi même hein?" Ma voix était faible, mais parfaitement audible.

Cette fois-çi le coup de fouet fut agrémenté d'un cri de la part de mon hôte, m'invitant à lui livrer des informations. Des informations sans aucun sens notons le! Je vous le dit, les Oïshims n'ont pas d'organisation interne fixe, c'est une question d'empathie. On tombe sur eux par hasard, ce sont avant tout des amis. Pourquoi donc des maîtres et des serviteurs à une telle échelle. Les règles sont implicites, pas inexistantes, mais du coup l'interrogateur visait à coté de la cible; on ne pourrais nous détruire qu'en nous comprenant, en luttant contre nos principes plutôt que contre nos corps...
Cependant, on lui reconnaitra le bon sens d'imaginer que si nous somme tous mort, et bien, on ne transporte plus beaucoup d'idées, du moins dans les mondes intermédiaires... Une pensé cependant vint à mon esprit. Je n'avait jamais vu de spectre Oïshims, et ce n'est pas faute d'avoir chercher... Il y aurait-il quelque chose que j'ignore? Je chassait ces idées noires, nous avions sans doutes le même destin que les autres...


J'était dans un bien mauvaise posture en vérité. Foutu Sudin va... Lande de barbares... Je chassait ces idée préconçus pour revenir au travail... Le fer n'était pas tout a fait rouge encore, et du coup de l'oeil, je surveillait la cuisson, il fallait agir suffisamment vite, et avec cependant assez de finesse pour qu'il ne devine pas le manège.

Après m'être imperceptiblement mordu la langue, je suffoquait un peu, avant de laisser couler un filet de bave teinter de rouge hors de ma bouche...


"Après tout....." Encore un peu de bave.Encore un peu de venin.

"Même dans cet état tes parent t'on conçu trop faible pour m'affronter d'homme à homme..."
Un sourire méprisant fit briller mes lèvres rouges alors que je lever les yeux vers lui...

***
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Destin le Jeu 15 Juil - 23:53

"SILENCE ! Je t'ordonne de répondre à mes questions !", hurlât le chef. "Arrête de jouer au plus malin car tu es loin de l'être ! Mais bon... ce sera donc à travers tes cris de douleur qu'on extirpera les renseignements que l'on cherche."

Le Chef quittât la pièce laissant Furokaï avec ces deux gardiens et son bourreau. Ce dernier se fit un petit plaisir en fessant claquer plusieurs foi son fouet sur le dos dénudé de Furokaï. Il y frappât suffisamment longtemps pour pouvoir déchirer des lambeaux de peaux et commencer à faire couler le sang. Il se rendit ensuite à sa table d'instrument où il prit un cilice muni de longs clous à arrêt qu'il attachât à l'une des jambes de Furokaï, la droite. Les clous pénétrèrent dans la chair de ses jambes, arrachant une douleur sans nom.

Le fer n'étant pas encore chaud, le Bourreau fit signe aux deux gardiens qui, d'un seul mouvement, tirèrent sur les cordes qui étaient reliés à celles autour des poignais de l'Oïshim. Ces cordes eurent pour effet de faire lever la croix tout en pénétrant, avec le poids, dans les poignais du prisonnier. Un système d'un sadisme certain.

Furokaï était accrochait à une croix en bois, ses poignais accrochés à des cordes se trouvant sur chacune des extrémité de de la branche horizontale. Les cordes tenants les poignais étaient reliés à des cordes que tiraient les gardiens. Par leur force combiné, les deux cordes se tendirent, firent pénétré dans les poignais de Furokaï les cordes qui lui servaient de lien ; le tout suffisamment fort pour faire lever la croix en bois et Furokaï de quelles centimètre.

Les gardiens continuèrent de tenir leur corde quelques temps avant de lâcher. Le dos, la jambe droite et les poignais de Furokaï étaient ensanglanté et les lieux de brulante douleur. En voyant le fer rougir d'avantage, l'Oïshim pouvait deviner que le pire n'était pas encore arrivé.

Les deux gardiens et le bourreau affichaient un large sourire.

_________________
Tout acte à une conséquence…
MP avec titre explicite, s'il vous plait (sinon pas de réponse),
Réponse aléatoire aux RPs, ne m'attendez pas,
Rien ne s'efface, rien ne se prévois, tout s'improvise.
avatar
Destin
Admin-Fondateur
Admin-Fondateur

Nombre de messages : 2092
Surnom : Le Très-Haut
Pièces d'Or : 13536
Niveau : 10000
Puissance :
100 / 100100 / 100

Race : Esprit Divin
Classe : Maître de la destinée des êtres
Age : Plus vieux que le monde

http://hamorya.jdrforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fardeau.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum